Baisse d’impôts: où le gouvernement trouvera-t-il deux milliards d’euros?

Baisse d’impôts: où le gouvernement trouvera-t-il deux milliards d’euros?

0

Les deux milliards d’euros de l’an prochain pourraient-ils faire baisser les impôts des ménages? Michel Sapin, le ministre des Finances n’a pas voulu confirmer les Échos avancés ce lundi. Mais il n’a pas nié que cela est réalisable.
En d’autres termes, la future baisse des impôts ne sera pas prise en charge par la hausse de la fiscalité des riches ni par une importante participation des entreprises. Michel Sapin était parfaitement clair: il ne faut pas toucher au pacte de compétitivité ou plus exactement aux allègements d’impôts et aux cotisations sociales attribuées aux entreprises l’an prochain.
Afin de trouver les deux milliards d’euros pour le financement de la baisse d’impôts, le gouvernement envisage de jouer avec les dépenses. Ce qui n’est pas facile vie que l’exécutif doit économiser, milliards d’euros l’année prochaine après les  21 milliards de cette année pour respecter l’engagement qu’il a pris concernant les termes de réduction de déficit public.
Le gouvernement envisage une hausse du PIB de 1.5% alors que la banque de France envisage une augmentation de 1.8%Un surcroît de croissance de 2016 peut favoriser l’augmentation des recettes fiscales. Pour réussir une nouvelle baisse des impôts, l’exécutif devrait trouver le bon levier. « Il y a des moyens avec les sommes considérables que l’État, les collectivités locales, la sécurité sociale dépensent, de trouver deux milliards pour rendre une partie des efforts aux Français les plus modestes », a indiqué Michel Sapin.
Le député frondeur, Laurent Baumel siégeant à la commission des Finances n’est pas si optimistes: « Il n’est plus possible de toucher aux budgets de l’hôpital et de l’armée, qui sont déjà à l’os. Réduire celui de l’école paraît contradictoire avec les engagements du président. Quant aux collectivités, elles attendent un geste supplémentaire pour 2016 et certainement pas une plus forte baisse de leurs dotations ! »
Christophe Caresche, député PS n’est pas de cet avis: « La revue des dépenses réalisée par Bercy prouve que des gisements d’économies existent dans tous les domaines. Il ne peut pas en être autrement : avec une dépense publique qui s’élève à 57 % du PIB, soit un taux supérieur de 10 points à la moyenne européenne, il y a forcément des coupes à opérer ! »

crédit photo: CNNum

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez