Europe : le « surpoids » concerne un enfant sur trois

Europe : le « surpoids » concerne un enfant sur trois

0

Tous les indicateurs sont au rouge, et disent la même chose, l’obésité chez les enfants « grossie « . Le dernier rapport d’United European Gastroenterology (UEG) ne fait que confirmer. Son état des lieux démontre que dans l’immense majorité des pays d’Europe, un tiers des enfants entre six et neuf sont en surpoids. Ce sont surtout les pays latins qui sont touchés.

Cette organisation à but non-lucratif, se projette dans l’avenir, et dans son rapport, elle estime que si la progression continue à ce rythme, le nombre d’enfants en surpoids dans le monde pourrait presque doubler d’ici à 2025, passant de 41 millions à 70 millions. En cause, la nourriture riche en graisses et en sucres (mal bouffe) ainsi que certains substituts au lait maternel de mauvaise qualité qui, à eux seuls, multiplient par trois le risque d’obésité chez l’enfant.

Le rapport insiste sur les premières années, et sur l’apparition d’un dysfonctionnement à un âge où le système immunitaire est en pleine construction. « Les deux premières années de la vie ont un rôle capital dans l’établissement d’une flore intestinale saine », rappelle le professeur Berthold Koletzko, pédiatre à Munich ayant collaboré au rapport. « Sa bonne formation peut prévenir ces maladies inflammatoires« .

Rappelons qu’une situation de surpoids chez l’enfant augmente ses risques d‘obésité une fois adulte avec son cortège de conséquences, maladies inflammatoires de l’intestin ou hépatiques. Elles peuvent également être émotionnelles, avec un risque accru de dépression à l’adolescence.

Plus terre-à-terre, la société United European Gastroenterology indique, que « le traitement de l’obésité adulte coûte beaucoup trop cher à l’Europe, les priorités doivent changer. Avec de plus en plus de preuves d’un lien entre nutrition précoce et obésité, nous devons orienter les efforts sur la prévention du surpoids et de ces maladies inflammatoires ».

Crédit photo :  Nyko Lyon

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez