Étonnant : l’Arabie Saoudite emprunte sur les marchés financiers internationaux

Étonnant : l’Arabie Saoudite emprunte sur les marchés financiers internationaux

0
Voilà une nouvelle, qui va en surprendre plus d’un, et détruire une image pourtant bien ancrée. L’Arabie Saoudite est en proie à des difficultés financières telles que le royaume wahhabite va devoir lancer son premier emprunt obligataire. Il va s’en dire, que cette situation est assez nouvelle pour les dirigeants saoudiens.
Cela va même représenter une grande première pour le gouvernement d’Arabie Saoudite. Le pays affiche désormais un déficit public de 10 % du PIB, alors qu’il a été pendant des décennies le banquier du monde avec ses fameux pétrodollars qu’il lui permettait de prêter à l’Occident.
A l’origine de ce retournement de situation, c’est la chute des cours du brut. Il va donc falloir pour le pays commencé à faire attention alors qu’ils étaient habitués à ne pas trop regarder à la dépense. Ils sont touchés, comme tous les pays fortement tributaires de la manne du pétrole. Aujourd’hui, le pays va donc solliciter les investisseurs internationaux pour obtenir un prêt de 10 à 15 milliards d’euros. Pour cela, une agence de gestion de la dette a été créée. Ils s’apprêtent à lancer aussi un programme de privatisations.
Bien sûr, la situation n’a aucun rapport avec des pays comme le Venezuela ou l’Algérie, il lui reste des réserves de devises importantes. Cependant, c’est un tournant, et dorénavant, il faudra prendre en compte les six pays du conseil de coopération du Golfe, parmi lesquels l’Arabie Saoudite, qui auront besoin de 560 milliards de dollars dans les quatre prochaines années pour financer leurs déficits.
La mutation énergétique concernant les transports, influe maintenant fortement la consommation de pétrole, et donc sur les finances des États et celle des entreprises de ce secteur. L’agence financière Fitch, dans une étude explique que les pétroliers sont touchés par la révolution énergétique qui se prépare, surtout avec le développement et l’amélioration des batteries, qui permettent de stocker l’électricité et donc de faire rouler des voitures. Il faut rappeler que le transport routier compte aujourd’hui pour un 55 % des ventes de pétrole.
Aujourd’hui, le parc automobile ne compte que 1,2 million de voitures électriques sur un total de plus d’un milliard de véhicule. C’est un parc qui se renouvelle lentement. Cependant, le prix des batteries a chuté des trois-quarts depuis 2008, cela va accélérer le processus.
Depuis plusieurs années, les Etats et les pétroliers anticipent. Les Etats du Golfe investissent dans des domaines très différents. Les entreprises du secteur, investissent dans ce qui sera le futur énergétique. Total avait racheté Sunpower, une entreprise qui fait du solaire. Au printemps dernier, il s’est offert Saft, un industriel français presque centenaire, spécialiste justement des batteries, pour un milliard d’euros.
Décidemment, Total parie sur le solaire et l’electricité, l’Arabie Saoudite emprunte de l’argent, il y a vraiment du changement dans le monde du pétrole

Crédit photo : Essa Altumayhi

 

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez