Tension Inde-Pakistan : Bollywood bannit les acteurs pakistanais

Tension Inde-Pakistan : Bollywood bannit les acteurs pakistanais

0

Les tensions religieuses, et nationalistes vont se nicher partout. En Inde, la Guilde indienne des producteurs de cinéma a dû s’engager à ne plus faire travailler les acteurs pakistanais, comme le réclament des extrémistes hindous, suite au regain de tension entre l’Inde et le Pakistan.

Depuis quelque temps, les tensions entre les deux États rivaux sont montées d’un cran, surtout, depuis l’attaque meurtrière lancée le mois dernier, contre une base militaire indienne. Du côté indien, on attribue la responsabilité de cette attaque, à des extrémistes pakistanais.
Ces regains de tension, gagnent tout le pays et le monde du spectacle n’y échappe pas. En première ligne, le cinéma de Bollywwod, si important en Inde.Un parti nationaliste hindou avait menacé d’attaquer les cinémas qui diffuseraient un film d’un réalisateur indien de premier plan, Karan Johar, « Ae Dil Hai Mushkil ». La raison de cette montée de violence, réside dans la présence de l’acteur Pakistanais Fawad Khan, un acteur vedette, qui a le culot d’être particulièrement apprécié par les femmes. C’était trop pour la virilité indienne.
Au terme de l’accord trouvé entre les parties, la Guilde indienne des producteurs de cinéma, et de télévision s’est engagée à s’abstenir dorénavant de faire appel à des acteurs pakistanais, en contre-partie le film pourra sortir. Il a tout de même fallu, que le comédien Pakistanais Karan Johar, accepte de verser 50 millions de roupies (685 000 euros) à l’armée indienne pour ce qui est appelé « une pénitence », et qui ressemble furieusement à du racket.
D’un côté, le président de la guilde Mukesh Bhatt a déclaré, « dans l’intérêt général, compte-tenu du sentiment des habitants, et des soldats du pays tout entier, nous ne travaillerons plus à l’avenir avec des acteurs pakistanais ». De l’autre, Raj Thackeray, leader du parti d’extrême droite Maharashtra Navnirman Sena, a expliqué qu’en conséquence, les appels à la violence visant le film de M. Johar avaient été suspendus. Toutes ces tractations se sont passées sous l’œil bienveillant de Devendra Fadnavis, le Premier ministre de l’Etat du Maharashtra.

Crédit photo :  junaidrao

 

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez