François Fillon et la sécu : clarification ou renoncement ?

François Fillon et la sécu : clarification ou renoncement ?

3
Actuellement, entre le candidat François Fillon et la sécurité sociale, ce n’est pas très clair. Il est accusé de vouloir liquider le système issu de la libération et mis en place par le Général de Gaulle. Il revient sur ses déclarations de campagne des primaires, pour « clarifier » les choses. En fait de clarifications, il semblerait que ce soit plus un renoncement et un retour en arrière.
Comme il l’a très bien analysé lui-même, sa victoire aux primaires de la droite s’est réalisée grâce à sa faculté de parler à son camp et ne pas confondre comme Alain Juppé, élections primaires de la droite et élections présidentielles. Cependant, voilà le revers de la médaille, car ce que les électeurs de droite ont plébiscité va maintenant être plus dur à faire accepter à une majorité de Français, surtout les catégories sociales plus défavorisées qui sont souvent montrées du doigt quand on parle déficit de la sécu.
Le cas de la réforme de la sécurité sociale (encore une), est un exemple flagrant. On se rappelle que dans son programme, peaufiné durant la campagne de la primaire, François Fillon s’était en effet engagé, à réserver à la « Sécu » la prise en charge des gros risques, c’est-à-dire les affections de longue durée, et à confier aux mutuelles ou assurances privées le remboursement des petits risques. Lors des débats télévisés, il avait ponctué par un ton très ferme « mon programme est à prendre ou à laisser ». Les tenants de la retraite par capitalisation (et ceux qui peuvent se permettre) ont largement applaudi.
Cependant, la mesure semblait osée, à un tel point que dans sa dernière tribune au « Figaro », impossible de la retrouver. Il souligne quand même l’objectif qui reste l’équilibre financier en expliquant que « n’en déplaise aux charlatans du toujours plus, à n’importe quel prix, on ne peut pas continuer de financer notre assurance-maladie à crédit et d’en faire porter le poids aux générations futures, d’autant que les dépenses de santé vont continuer de croître ».
François Fillon, pour avoir été à la tête du gouvernement, le sait bien, il ne sera pas facile de changer des habitudes et des pratiques en matière de santé. Et portant, peut-être que la solution passe plutôt par un changement de comportement plutôt qu’un changement de système ? La responsabilisation de chacun veut aussi dire que le problème est l’affaire de tous. D’autres l’ont bien compris, et préfèrent lâchement faire croire, qu’une partie de la population seulement, est la cause des difficultés d’un système par répartition qui reste une « tradition » française à défendre.
Dire que le trou de la sécu est un peu la faute à tout le monde et que tout le monde doit participer et faire des efforts à sa mesure et de manière différente pour sa sauvegarde est une bonne chose pour la sauver. Néanmoins, ce n’est pas une bonne chose à dire pour obtenir une majorité à une élection, ou alors une majorité…contre soi.
Encore une fois, pas sûr que François Fillon comme les autres prennent le risque électoral.

3 COMMENTAIRES SUR “François Fillon et la sécu : clarification ou renoncement ?”

Commentez