L’Anses met en garde contre les compléments alimentaires pour les sportifs

L’Anses met en garde contre les compléments alimentaires pour les sportifs

0
L’Agence nationale de Sécurité sanitaire de l’Alimentation, de l’Environnement et du Travail (Anses) a très récemment dénoncé les dangers que font courir les compléments alimentaires à base de créatine, de protéines de lait ou encore de caséine. L’agence alerte, non seulement, sur des effets « potentiellement graves » sur la santé, mais d’autre part, elle met en doute les bénéfices éventuels pour les utilisateurs.
Ces compléments alimentaires sont censés permettre aux sportifs de développer leurs muscles ou de diminuer leur masse graisseuse. De son côté, l’Anses a recensé, 49 signalements d’effets indésirables, susceptibles d’être liés à la consommation, de ce type de produits depuis 2009. Ces effets « potentiellement graves » sont majoritairement d’ordre cardiovasculaire (tachycardie, arythmie et accident vasculaire cérébral) et psychique (troubles anxieux et troubles de l’humeur).
Dans le collimateur plus particulièrement, les fameux « brûleurs de graisse » et les « volumisateurs de muscles », car ils utilisent des substances comme la créatine, les protéines de lait (lactosérum et caséines) et la DHEA pour l’augmentation de la masse musculaire. Pour les premières substances citées, il s’agit notamment de divers extraits de plantes et de nutriments comme la choline et la L-carnitine.
L’Anses, rappelle les mensonges mis en avant concernant leur efficacité en « l’absence de données scientifiquement démontrée ». Elle insiste sur le fait que « l’achat sur Internet expose de facto davantage le sportif à la consommation de compléments alimentaires frauduleux » ou altérés, « susceptibles de conduire à des contrôles antidopages positifs et d’induire des effets sur la santé« .
De plus, il apparaît indispensable de noter que ces aliments ne sont pas destinés à certaines personnes comme celles présentant des facteurs de risque cardiovasculaire ou souffrant d’une maladie cardiaque, d’une insuffisance rénale, d’une altération des fonctions du foie ou de troubles neuropsychiatriques. Elle les déconseille également « aux enfants, adolescents et femmes enceintes ou allaitantes ».
L’organisme sanitaire rappelle par ailleurs la nécessité de prendre conseil auprès d’un professionnel de santé avant de consommer des compléments alimentaires. Un mélange anarchique de ces produits et la prise en parallèle de certains médicaments augmentent les dangers.
Il faut se rendre à l’évidence, on ne devient pas « Mr Muscle » par hasard, et il n’y a aucun remède miracle. Un développement physique harmonieux passe par une pratique sportive saine, qui tient compte de vos aptitudes.

Crédit photo :  Maicon

 

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez