L’Inde vient de lancer 104 satellites, avec une seule fusée

L’Inde vient de lancer 104 satellites, avec une seule fusée

0
L’Inde, vient de frapper un grand coup médiatique, dans un domaine où on ne l’attendait pas vraiment. Le pays est entré par la grande porte, dans le cercle très compétitif du marché des lancements spatiaux en mettant en orbite la bagatelle de 104 satellites avec une seule fusée. C’est évidemment un record, qui pulvérise le précédent, qui était détenu par les Russes avec 39 satellites mis en orbite en une seule mission en juin 2014.
L’opération s’est effectuée à partir du pas de tir de Sriharikota au sud-est de l’Inde. Un lanceur de l’agence spatiale ISRO s’est élevé, et avec lui, un satellite indien d’observation de la terre, et 103 nanosatellites, essentiellement de pays étrangers.
Il est évident, qu’avec ce record, New Delhi veut mettre en évidence ses prétentions à devenir une véritable puissance spatiale internationale. Le Premier ministre Narendra Modi, a qualifié la performance de « réussite exceptionnelle » pour son pays, qui perpétue un programme de lancement de satellites commerciaux commencé en 1999 par l’ISRO, et qui a déjà mis en orbite 79 satellites étrangers.
La communauté scientifique spatiale, a salué la réussite et la prouesse technique, car gérer simultanément un nombre aussi important de satellites, même de poids réduits demande une précision extrême.
Au-delà de la prouesse technique, c’est aussi une étape économique importante pour l’Inde, car le marché du lancement de satellites commerciaux ne cesse de croître avec le téléphone, internet et les entreprises qui nécessitent toujours plus de moyens de communication. Dans ce secteur, la concurrence est sévère et l’Inde, dont le programme spatial est réputé pour son efficacité bon marché, et sa fiabilité veut maintenir son rang, car en 39 missions, son lanceur PSLV n’a connu qu’un seul crash, lors de sa première sortie en 1993.
Elle doit maintenant compter avec l’arrivée de sociétés privées spécialisées, comme SpaceX du milliardaire Elon Musk ou Blue Origin du fondateur d’Amazon Jeff Bezos.
Plus largement, le programme spatial indien, initié dans les années 1960, récolte les fruits de son engagement en réussissant à placer une sonde en orbite autour de Mars en 2014. L’Inde, ne compte pas s’arrêter là, car le pays a aussi une navette réutilisable, qui pourrait permettre d’envoyer des satellites à des prix bien inférieurs aux cours actuels. On parle aussi du côté de l’ISRO, de possibilités de missions vers Jupiter et Vénus.
Mathieu J Weiss, représentant du CNES français en Inde explique cette réussite notamment parce que « l’Inde, avec ses méthodes qui sont à la fois inspirées de la tradition indienne de simplification de la technologie et le new space, car l’Inde est le deuxième centre de new space après la Californie, a une belle carte à jouer ».
S’il existe un représentant du CNES français en Inde, ce n’est pas pour rien, car la collaboration entamée entre les deux pays dans les années 1960, s’est intensifiée depuis une quinzaine d’années. Cette coopération, a notamment abouti à la construction conjointe et au lancement de deux satellites d’observation climatique, Megha-Tropiques (2011) et Saral-AltiKa (2013). Le développement d’un troisième satellite franco-indien est déjà programmé.

Crédit photo : Sandeep Gangadharan

 

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez