Toys « R » Us ne joue plus et annonce sa mise en faillite

Toys « R » Us ne joue plus et annonce sa mise en faillite

0

Les temps sont durs et économiquement personne n’est à l’abri de difficultés. En témoigne, l’annonce de la mise en faillite du groupe américain de magasins Toys « R » Us. Certes, cette mise en faillite ne concerne que les États-Unis et le Canada, mais elle est le symbole des difficultés que traversent les magasins physiques face à la concurrence de la vente en ligne.

 Toys « R » Us est pourtant ce que l’on pourrait considérer comme un géant du jouet. La firme, dont le nom est la contraction de toys are us, « les jouets, c’est nous » en anglais a été créé aux Etats-Unis en 1948. Elle se revendique comme le leader mondial du jouet avec 1 587 magasins dans le monde dont 872 aux États-Unis et 715 magasins dans 35 pays. En France, cela représente aujourd’hui 48 magasins.

Cependant, derrière cette façade dynamique et imposante, le groupe américain est en nette perte de vitesse. Toys « R » Us, a affiché une perte nette de 164 millions de dollars, contre 126 millions à la même période en 2016, sur un chiffre d’affaires de 2,21 milliards de dollars, en baisse de 4,7 % sur un an.

La décision a été prise de se placer sous la protection du Chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites. Cette procédure ne concerne toutefois que les activités aux Etats-Unis et au Canada. Dans sa communication, le géant du jouet se veut rassurant et déclare qu’il va « restructurer sa dette existante et créer une structure de capital saine afin de pouvoir investir dans sa croissance à long terme et concrétiser son aspiration à apporter aux enfants des jeux partout dans le monde ».

Pour le groupe, il est important de souligner que la grande majorité de ces installations, qui emploie  65 000 personnes, dans le monde est rentable.

Cependant, il est facile de deviner, que le géant du jouet doit, comme d’autres distributeurs classiques qui s’appuient essentiellement sur des magasins faire face, à la concurrence d’entreprises de grands groupes de commerces en ligne de type Amazon.

Comme les autres distributeurs classiques, Toys « R » Us n’a pas d’autre choix, que de s’adapter pour suivre les habitudes de consommation qui privilégient de plus en plus le commerce en ligne. Dans un communiqué, Dave Brandon, le PDG de Toys « R » Us, explique que si le groupe continue a améliorer les services en magasin, il travaille aussi sur la qualité du site en ligne.

Il reste, que cette annonce à quelques semaines des fêtes de fin d’année, n’est vraiment pas rassurante, et l’on peut imaginer que le mal est peut-être plus profond pour le géant du jouet.

Crédit photo : Mariana Gambini

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez