L’environnement prend sa place dans les formations universitaires

L’environnement prend sa place dans les formations universitaires

0
La sensibilisation, et la prise en compte de l’importance de notre environnement, passent comme pour tout le reste par l’information et l’éducation. Il est donc important, que l’enseignement propose, et surtout mette en avant des formations et des diplômes dans ce domaine. On peut donc se réjouir, que de nombreuses filières soient consacrées à la protection de l’environnement, au développement durable ou aux énergies nouvelles.

Les enjeux environnementaux, font partie des préoccupations des jeunes générations, mais ils répondent aussi à des besoins concrets dans différents secteurs industriels. Ce n’est donc pas un hasard, si de très nombreux programmes à divers niveaux sont proposés sur les campus universitaires. L’environnent, est décliné par exemple sous la forme de développement durable, de transition énergétique et bien d’autres. Il s’agit en général de Masters of Science (MSc) ou de diplômes universitaires (DU). De nombreuses écoles proposent d’étudier de multiples aspects environnementaux comme le financement des projets, les énergies nouvelles, la construction durable à l’École supérieure d’ingénieurs des travaux de la construction de Caen, l’éco-innovation à l’Institut Catholique d’Arts et Métiers, ou aux Mines de Saint-Etienne, les marchés de l’énergie pour Centrale Supélec, la sécurité (Mines d’Alès), et bien d’autres, à propos des forêts, de l’eau… En première ligne de ces formations classiques, on retrouve d’abord les écoles d’ingénieurs, car ces sujets comportent une dimension technologique et scientifique.
L’attrait, se fait tout d’abord par un intérêt pour un sujet, qui se veut de plus en plus important et entraînant des enjeux majeurs pour le futur. Cependant, au fur et a a mesure, la « filière » devient aussi de plus en plus attirante parce que les débouchés sont de plus en plus nombreux. C’est ce que constate Jasha Oosterbaan, directrice de l’Institut supérieur d’ingénierie et de gestion de l’environnement (Isige) de l’École des Mines-ParisTech lorsqu’elle précise, « ces sujets sont désormais un axe de développement important pour les entreprises. Résultat, nous avons de plus en plus, de candidats de bon niveau, et d’entreprises prêtes à les recruter pour piloter des projets« .
Les choses continuent à évoluer, et les formations concernant l’environnement dépassent de plus en plus le cadre purement technique et scientifique pour venir s’insinuer dans d’autres formations plus générales, concernant le management par exemple. Ainsi, il n’est pas rare de retrouver d’autres profils de manageurs ou diplômés de Sciences Po dans ces cursus, qui ne sont pas réservés aux seuls diplômés scientifiques. De plus, s’il y a de bonnes affaires en vue, il est certain que les business schools, ne sont pas loin avec un enseignement qui sera evidemment plus tourné vers le management, le financement des projets et la réflexion sur les enjeux de société. Ces deux types d’établissements, offrent ainsi deux approches et des intérêts certes différends, mais complémentaires pour mieux diffuser et faire en prendre en compte les enjeux environnementaux.
Crédit photo : Dominique Watbled 

 

 

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez