Ile-de-France : la délicate question des transports

0

 

La majorité PS au Conseil Régional d’Ile de France  annonce qu’une hausse de 3% du prix des transports en communs dans la capitale et sa banlieue est à l’étude. Par la voix de Valérie Pécresse, directrice du groupe UMP au Conseil Régional d’Ile de France, l’opposition fait part de ses observations sur le bien-fondé d’une telle décision si elle devait être suivie d’effet.

Dans un contexte économique difficile et dans le climat de difficultés budgétaires qui est celui du plus grand nombre d’utilisateurs de ce moyen de transport, cette mesure, portée par le Conseiller Général socialiste Jean-Paul HUCHON viendrait en effet s’ajouter aux problèmes de vie quotidienne que subissent la plupart des franciliens. Ces derniers, qui ont déjà le sentiment d’être fiscalement de plus en plus mis à contribution pour faire face aux nombreux problèmes que rencontre la marche économique du pays, risquent de considérer cette dernière annonce comme une demande de contribution supplémentaire et s’adressant aux moins favorisés.

Deux dispositions alternatives sont proposées par l’ancienne Ministre du Budget Valérie Pécresse :  d’une part, un « gel symbolique des tarifs » pour l’année qui commence, d’autre part, l’établissement d’un système de « bonus-malus » qui lierait les tarifs à la régularité des trains aux heures d’intense fréquentation. Aux yeux de l’UMP, une augmentation de la tarification des transports devrait être accompagnée par le souci de parfaire la nature des services rendus tant dans leur régularité que dans les conditions de sécurité dans lesquelles  les usagers  sont en droit d’attendre d’utiliser les transports.

La capitale rencontrant de plus en plus de problèmes au plan de la fluidité des transports, l’opposition prend l’engagement de « tripler le transport des marchandises par voie fluviale » dans le but de décharger notre réseau routier d’une partie équivalente des usagers qui l’emprunte. L’opposition envisage également de doter les gares de « multi- services » comportant notamment connexion WIFI, espaces commerciaux, parkings. Ces mesures, si elles venaient à être appliquer, contribueraient à dresser un bilan mitigé de l’action de Jean-Paul Huchon à la tête du Conseil Général d’Ile de France surtout, à en croire les sondages, au plan de l’insécurité.

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez