Jean-Yves Ollivier dénonce les sanctions internationales

Jean-Yves Ollivier dénonce les sanctions internationales

0

Spécialiste du commerce international et plus particulièrement des matières premières, Jean-Yves Ollivier est aussi le président de la Brazzaville foundation. Tandis que les crises économiques et politiques continuent d’obscurcir l’horizon des relations internationales et que le protectionnisme redevient à la mode un peu partout dans le monde, l’homme d’affaires critique le principe des sanctions internationales…

Aujourd’hui le protectionnisme est appliqué un peu partout dans le monde sous forme tarifaire ou non-tarifaire. Aux Etats-Unis, en Chine, et même en Europe, les champions du libéralisme n’ont jamais pu empêcher les Etats souverains de prendre des mesures unilatérales.

En revanche, le président de la Brazzaville foundation, Jean-Yves Ollivier conteste l’idée d’imposer des sanctions économiques pour obtenir la paix. Depuis l’empire romain et la pax romana,  on connaît les vertues pacificatrices du commerce, ainsi dans son Eloge de Rome, Aelius Aristide s’enthousiasme : « le monde entier est en fête, il a abandonné son équipement de guerre pour se livrer à la joie de vivre ».

Aussi, l’attitude des Occidentaux à l’égard de la Russie semble contre-productive et pousse le maître du Kremlin à se conduire conformément aux souhaits des idéologues de Washington… Or, « c’est justement le grand atout des hommes d’affaires internationaux que d’avoir intérêt à ce que le monde vive en paix – pour leur business mais pas seulement », résume l’auteur du livre Plot for peace.

Dans une interview vidéo, il évoque l’intérêt de la diplomatie d’influence pour résoudre les conflits géopolitiques. En revenant sur ses expériences au Liban et en Afrique du Sud, il affirme que le commerce [régulé] est toujours propice au développement des échanges : « sauf les marchands d’armes, personne ne fait de bonnes affaires sur un champ de bataille ».

Photo Blog

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez