EDF: 10 000 euros pour le changement d’un contrat de travail

0

1024px-Entrée_de_la_centrale_de_Civaux_photo_E48616EDF est encore en pleine négociation avec son projet 212 jours de travail par an pour ses 30 000 cadres.
Nommée par un cadre de « opération pétrole contre nourriture », EDF tente toujours de convaincre près de 30 000 cadres d’accepter un forfait jours, c’est-à-dire un décompte du temps de travail au nombre de jours travaillés dans l’année. Le concept est déjà appliqué dans les plus grands groupes, mais pas encore chez EDF.

 

La direction leur offre également une prime de 10 000 euros bruts. En tout cas, c’est l’un des arguments que l’électricien public  avance pour les négociations avec les organisations syndicales. Une autre séance plénière avait eu lieu ce mercredi.
Si l’accord est conclu, les cadres qui l’ont accepté travailleront 212 jours « au lieu de 196 jours par an ». Le syndicat par contre estime que le montant est « injuste »: « un cadre de 40 ans en moyenne et gagne environ 4000 euros par mois tous revenus confondus) […] En payant 10.000 euros, la direction propose de lui acheter 50 jours de travail supplémentaires ».

 
Cependant, entre 40 à 65 ans, le cadre devrait alors travailler « 400 jours de plus ». En d’autres termes « c’est une prime de 80.000 euros que devrait proposer la direction au cadre “moyen” pour que le marché soit juste » avait évoqué la CFDT. « Cela peut plaire à ceux proches de la retraite, mais pas à l’immense majorité. Et surtout, cela est considéré comme une indemnisation pour les personnels en place : il y aurait un double traitement pour les nouveaux embauchés, ce qui ne peut nous convenir » avait soulevé Maurice Isler, délégué syndical central FO.
En plus de cela, la direction des ressources humaines d’EDF offre également une autre option pour convaincre les cadres. EDF propose également une augmentation de salaire automatique de 2 « NR ». Chaque NR (niveau de rémunération) équivaut à 2 à 3 % d’augmentation. Un cadre pourrait percevoir de 4 à 6 % de hausse de salaire accepte de passer au « forfait-cadre autonome » à 212 jours de travail annuel. Mais cela ne convainc pas non plus le FO « Nous voulons des garde-fous pour nous assurer que ces éléments de rémunération ne seraient pas repris dans les années qui viennent » avait annoncé Maurice Isler.

 
La direction admet que le forfait jours est « d’abord une démarche qui repose sur le volontariat ». Elle continue de soutenir la réforme qui a été relancé au début de l’année par Jean-Bernard Lévy lors de son arrivée à la direction d’EDF. « Nous ne sommes plus dans le contexte de 1999. […] C’est aussi une question de crédibilité. Nous ne pouvons plus être en décalage avec le reste du monde » avait déploré le directeur de la stratégie Philippe Torrion, en accusant des écarts « de dix jours de RTT entre les équipes qui font le même travail ».  Le gouvernement soutient EDF. « Tout en veillant à la qualité du dialogue social du groupe, vous ferez des propositions de modernisation de sa politique de gestion des ressources humaines », ont écrit les ministres dans la lettre de mission adressée à Jean-Bernard Lévy. L’objectif de la direction est de finaliser les accords avant l’été.

crédit photo: E48616/wikipédia

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez