Grèce : vers la rédaction d’un accord

0

Alexis_Tsipras_in_Moscow_4_photo_Пресс-служба Президента РоссииAthènes avait annoncé ce mercredi que la négociation sur la Grèce s’est aboutie à la rédaction d’un accord, mais elle accuse les divergences persistantes des créanciers qui ont retardé la finalisation de cet accord.
“De grands pas ont été accomplis, nous sommes près d’un accord”, a déclaré le Premier ministre Alexis Tsipras à Athènes.
De son côté, l’Union Européenne n’a pas encore confirmé la rédaction de l’accord. Le vice-président de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis avait juste parlé « d’un progrès graduel » dans les discussions techniques dont la TVA.
Wolfgang Schäuble, ministre des Finances allemand avait même dit que « les discussions n’avaient pas beaucoup avancé ». Je suis toujours surpris quand d’Athènes on nous dit qu’on est tout près d’un accord”, déclare-t-il à la télévision allemande dans la soirée, alors qu’il présidait la réunion des ministres du G7.
Une source du gouvernement a cependant annoncé que les équipes techniques du groupe de Bruxelles ont « commencé aujourd’hui le travail de rédaction d’un accord ». Le texte comporterait une obligation d’excédent budgétaire primaire pour la Grèce dont la réforme des taux de la TVA.
Il mentionnerait également « des solutions à long terme pour alléger la dette » de Grèce qui franchit les 180% du PIB et permettre une croissance.

Athènes a fortement exigé que cet accord ne mentionnera pas de nouvelles coupes sur les retraites et les salaires. La FMI avait accepté la limitation des départs à la retraite précoce et procèdera à une étude sur la soutenabilité du système des retraites grec actuel.
Cette annonce a satisfait les bourses européennes qui ont connu une petite hausse à +3,55% à Athènes.
Athènes s’est déjà préparé devant « problème des différentes positions défendues par les créanciers. Si le FMI avait donné son aval, l’accord aurait déjà été conclu » avait déclaré une source.

crédit photo:Пресс-служба Президента России/wikipédia

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez