Une puce pour connaitre son état de santé

0

photo_impulsion cardiaqueCette nouvelle puce a été présentée au Symposium International IEEE. Elle aurait la capacité de contrôler l’état de santé d’une personne et de mesurer le dosage des médicaments.
Elle a été conçue pour les personnes ayant des traitements de longue durée et qui nécessite une suivie en permanence. La puce est installée sous la peau et contrôle en temps réel l’effet des médicaments sur leur métabolisme. Les doses de chaque médicament pourraient alors être ajustées selon les besoins de chaque personne.
Ce sont des chercheurs de l’école polytechnique fédérale de Lausanne en Suisse qui ont développé la puce. Elle peut fournir des informations précises telles que la température, le taux de sucre dans le sang ainsi que le taux de cholestérol. En d’autres termes, cette puce est une véritable révolution dans la médecine.
Elle ne mesure qu’1 cm de côté et est dotée d’un circuit à 6 capteurs, d’un calculateur et d’un module de transmission radio. Elle est installée sous la peau et s’alimente en énergie par l’intermédiaire d’un patch collé sous la peau et qui communique avec un smartphone.
«Nous avons rassemblé dans un simple pansement la batterie, la bobine et un module Bluetooth, grâce auquel les résultats peuvent être immédiatement envoyés à un téléphone portable», avait expliqué Sandro Carrera, maître d’enseignement et de recherche à l’ EPFL à Lausanne.

«La nouveauté mondiale que l’on propose avec cette puce, c’est qu’elle est capable, en plus du pH et de la température, de mesurer à la fois des molécules du métabolisme, comme le glucose, le lactate ou le cholestérol, et des médicaments», ajoute-t-il.

Les tests ont été effectués sur des souris et les résultats étaient concluants. Les chercheurs souhaitent désormais faire des tests sur des humains. Les essais cliniques auront lieu d’ici trois à cinq ans.
«Connaître précisément et en temps réel l’effet des médicaments sur le métabolisme est l’une des clefs de la médecine personnalisée et de précision que l’on espère pour demain», avait argumenté Sandro Carrara.

Crédit Photo: PublicDomainPictures /pixabay.com

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez