Piratage: les employés fédéraux sont également touchés

0

matrix-434035_640_photo_geraltSelon les déclarations d’un syndicat jeudi dernier, les pirates informatiques qui se sont introduits dans les bases de données du gouvernement disposeraient d’informations personnelles sur l’ensemble des employés fédéraux, pouvant ébranler les limites de la cyber défense américaine.

 
Le Syndicat américain des employés gouvernementaux avait adressé une lettre aux autorités qui indique les pirates se sont procurés de tous les numéros d’identification des employés fédéraux.

 
“Les pirates sont désormais en possession des toutes les données personnelles de chaque employé fédéral, chaque retraité fédéral, et jusqu’à un million d’anciens employés fédéraux”, indique le courrier.

 
Le gouvernement américain a déclaré la semaine dernière qu’il a détecté un mouvement de piratage informatique des données personnelles de près de quatre millions d’employés fédéraux.
C’est le énième incident qui ébranle les limites du cyber défense américaine, un problème que l’administration Obama a du mal à régler.
David Cox, le président du syndicat affirme que les numéros d’identification n’étaient pas codés, et que c’est “une faille de cyber sécurité absolument scandaleuse et indéfendable”. Les pirates ont en leur possession les adresses, les dates de naissance, les salaires et données militaires de tous les employés fédéraux, selon le syndicat. Près de 750 000 employés civils du Pentagone sont concernés par cette attaque.

 
“La portée exacte de cette intrusion précise continue de faire l’objet d’une enquête du FBI et d’autres experts techniques”, a déclaré Josh Earnest, porte-parole de l’exécutif américain. “Nous avons déjà commencé à contacter ceux dont nous pensons, à ce stade, qu’ils ont pu être potentiellement touchés” par ce piratage, a-t-il ajouté.

 
Après cette dernière offensive numérique, l’OPM avait demandé à toutes ses victimes d’être très “suspicieuses” dans la manipulation des comptes en banque et de leurs données personnelles. L’affaire a connu un nouveau rebondissement quand le New York Times avait écrit que les pirates auraient eu l’identité de Chinois qui avait un lien avec des employés fédéraux et que ces informations peuvent servir Pékin à faire chanter ses ressortissants.

 
D’après le quotidien, les “pirates chinois (…) ont pu obtenir les noms de Chinois proches, amis ou associés de diplomates américains et autres responsables gouvernementaux”, informations “que les autorités chinoises pourraient utiliser pour faire du chantage ou en représailles” contre ces personnes.

crédit photo: geralt/pixabay

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez