Aérien: les plus grandes compagnies européennes qui nécessitent des mesures de soutien

0

800px-Air_France_A380_F-HPJA_photo_Joe RaviLes dirigeants d’Air France-Klm, Lufthansa, IAG, Easyjet et Ryanair sont réunis pour mettre en place les revendications communes devant la commission européenne.
C’est une première dans l’histoire de l’aérien! Les patrons d’Air France-KLM, IAG, Lufthansa, Ryanair, et Easyjet se trouvent autour d’une même table  pour discuter des mesures de soutien au transport à aérien ce mercredi à Bruxelles. Un “évènement historique” avait déclaré Carolyn McCall, directrice générale d’Easyjet qui assisté au passage de parole d’Alexandre de Juniac d’Air France-KLM à Michale O’Leary de Ryanair, suive de Willie Walsh d’IAG et Carsten Spohr de Lufthanse Group.
Cette conférence hors norme avait réuni les cinq poids lourds de l’aérien Européen, qui rassemblent près de 400 millions de passagers par an et près de 50% du trafic européen. Ils se sont réunis malgré leurs rivalités et leurs désaccords pour établir ensemble les revendications communes qu’ils adresseront à la Commission européenne et à la nouvelle commissaire aux transports, Violeta Bulc, qui selon eux, est destinée à lever les freins à la croissance.
« Le transport aérien est crucial pour l’économie européenne, a rappelé Carsten Spohr. L’Union européenne doit donc se doter d’une stratégie globale pour son transport aérien, à l’instar de ce qui se fait déjà dans bon nombre de régions du monde, notamment dans les pays du Golfe ». Les cinq patrons ont tour à tour exposé ce que devraient selon eux les problèmes et les solutions à prendre. Alexandre de Juniac a par exemple évoqué le coût “excessif” des infrastructures aéroportuaire en Europe qui équivaut “jusqu’à 20% des coûts des compagnies aériennes [et qui a] un impact significatif sur notre compétitivité”.

« Trois des cinq grands hubs les plus chers du monde sont situés en Europe », insiste-t-il, avec une pensée évidente pour Aéroports de Paris. C’est pour résoudre le problème que les cinq compagnies se sont réunies pour établir une réglementation européenne qui gèrera plus étroitement « les monopoles de fait » des grands aéroports. D’après le patron d’Air France-KLM, mettre en place une réglementation serait « plus efficace » contre ces « monopoles » afin de faire économiser 1,5 milliard d’euros aux passagers, pour créer près de 500.000 emplois et renflouer le PIB européen d’une valeur de 37 milliards d’euros.

crédit photo: Joe Ravi

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez