Taxi: “même quand on travaille, on ne gagne rien”

0

Uber_ride_Bogota_(10277864666)_photo_Alexander TorrenegraPrès d’une cinquantaine de taxis se sont rassemblés pour bloquer la Gare du Nord. Mais derrière cette colère et ses revendications, il y a une malaise dans la profession, et qu’ils ont peur de voir disparaitre.
«C’est facile à reconnaître : les vitres teintées, immatriculées dans le 76, c’est là-bas en Normandie qu’elles sont, les sociétés de location. Regarde comment il nous regarde, là,» remarque les chauffeurs de taxi. La berline passe à coup de vent devant les taxis en grève qui bloque le boulevard de demain à quelques pas de la Gare du Nord. Près d’une trentaine  de chauffeurs de taxi se sont rassemblés sur la rue de Dunkerque et un groupe de quinze chauffeurs environ se trouve à l’autre bout de la rue, pour empêcher d’autres voitures de prendre un passager. «Regarde, c’est une Infinity, avec le tableau de bord en cuir, en plus. Elle coûte 60000 euros, vous pourriez vous la payer, vous ? Pas moi, moi j’ai une Skoda de merde. Mais c’est une voiture populaire, et les Français doivent savoir que chaque fois qu’ils prennent Uber, leur argent, il s’en va aux États-Unis. C’est ça qu’ils veulent ?» s’est demandé un chauffeur de taxi de 37 ans, qui ne pouvait pas cacher sa colère. Le gouvernement semble être dépassé par la situation.
Les chauffeurs de taxi sont en colère contre la perte de revenu. Ils étaient prêts à aller jusqu’au bout et ils continueront à faire la grève pendant plusieurs jours s’il le faut. «De toute façon, même en travaillant, on ne gagne rien, se désole Mohamed, 59 ans, sur place depuis 6 heures ce jeudi matin. On se promène pour rien, ce serait mieux de rester chez soi devant la télé. Si je charge toutes les deux heures entre Gare du Nord et Gare de Lyon, ça va juste payer le gasoil.» Les chauffeurs de taxi affirment avoir perdu 40 à 50% de revenus durant ces dernières années.
François, 52 ans, ayant fait 20 ans dans le métier a vu ses revenus baisser depuis 2009: «Ce métier n’a jamais été facile, mais là, il y a une chute. Surtout le matin, de 5 heures à 7 heures. Ils nous ont pris la clientèle d’aéroport.»

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez