Un bracelet connecté pour permettre aux filles d’apprendre les codes de l’informatique

0

smart-watch-821571_640_photo_fancycrave1Jewelbots, une start-up qui milite contre l’écart entre les hommes et les femmes dans le secteur du high-tech veulent relever le défi de créer un gadget permettant aux filles de comprendre les codes de l’informatique.
L’informatique est souvent attribuée aux geeks qui passent la plupart de leur temps devant leurs ordinateurs en mangeant une pizza bien grasse. Les filles ne sont pas forcements  les bienvenues dans ce monde un peu fou, sauf peut-être pour regarder les tutos des youtubeuses fans de mode et de beauté.
Cette start-up new-yorkaise souhaite changer cette image en développant des bracelets qui devront être lancés en 2016. Ces bracelets initient à la pratique du code. Le projet est financé par Kickstarter, et dépasse déjà les 30.000 dollars qu’il s’était fixé. Cela signifie l’engouement pour ces véritables gadgets connectés à l’heure où les filles qui s’intéressent à l’informatique commencent à se faire rares.
Le bracelet fonctionne avec un appli smartphone et conçu sans écran. Il sera équipé de 4 LED qui clignotent selon les gâchettes, mais également d’un système de vibration. Ce bracelet permet aux utilisatrices de s’initier au code open source pour qu’elle puisse avoir de nouveaux usages comme prévenir de nouvelles notifications Instagram. La chaîne publique américaine NPR estime que près de 20% des femmes seulement sont des programmeurs informatiques et la tech est la seule branche de STEM où le nombre de femmes continue de diminuer.
L’écart est également flagrant dans le secteur informatique en France. 11% des étudiantes dans les écoles d’ingénieur en informatique sont des filles et 20% obtiennent une licence professionnelle de métier de l’informatique, du traitement de l’information et des réseaux, d’après les enquêtes de Linuxfr.org, un site francophone qui se consacre à l’actualité informatique. Il n’y a que 30% de femmes dans les SSII.

crédit photo: fancycrave1

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez