Amnesty accuse Israël de « crime de guerre » contre Gaza

Amnesty accuse Israël de « crime de guerre » contre Gaza

0

Amnesty International avait dénoncé mercredi Israël de crime de guerre contre Gaza. L’organisation accuse Israël d’avoir tuée « 135 civils » lors de la guerre d’été 2014. Cet acte a été commis en représailles à la capture d’un soldat israélien.

Amnesty International a indiqué que “De nouvelles preuves montrent que les forces israéliennes ont perpétré des crimes de guerre en représailles à la capture d’un soldat (…) Le caractère systématique et apparemment délibéré des attaques aériennes et terrestres sur Rafah qui ont tué au moins 135 civils pourrait également constituer un crime contre l’humanité”, selon ce rapport publié avec l’équipe de recherche Forensic Architecture de Londres.

Selon l’ONG « Israël a mené une série d’attaques disproportionnées et sans discrimination” dans la région de Rafah, et “n’a pas mené d’enquête indépendante sur ces agissements”.

L’accusation d’Amnesty International est appuyée avec des centaines de vidéos et de photo, mais aussi des images satellites. Des témoignages de personnes qui ont assisté au massacre sont des pièces qui peuvent incriminer Israël de « crime de guerre ».

Amnesty avait ajouté que “la mise en œuvre de la directive Hannibal a entraîné le lancement d’attaques illégales contre des civils” Tel-Aviv n’avait pas tardé à réagir et accuse l’ONG “d’obsession compulsive dès qu’il s’agit d’Israël” et dénonce “un faux récit des événements”. Israël a ajouté par le biais de son ministère des affaires étrangères “On dirait qu’Amnesty a oublié qu’un conflit était en cours (…) et que des organisations terroristes palestiniennes menaient des attaques intensives contre l’armée israélienne depuis des zones civiles” et que “Contrairement à ce qu’Amnesty affirme, l’armée mène toutes ses opérations conformément au droit international” poursuit le rapport des autorités israéliennes en estimant qu’il y a la « légalité » de la guerre.

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez