Compétition Pokémon: un massacre évité de justesse

Compétition Pokémon: un massacre évité de justesse

0

Deux personnes avaient voulu faire une fusillade pendant les championnats du monde de Pokémon, à Boston. Elles ont été saisies et arrêtées.

La police a réussi à les interpeller à temps samedi dernier. Les deux hommes armés venaient de l’Iowa au moment où ils étaient sur le point de lancer l’attaque pendant le Championnat du monde de Pokémon, au Hynes Convention Center de Boston. Les autorités considèrent que la menace était “réelle et sérieuse” selon le “Boston Globe”. Kevin Norton, âgé de 18 ans et James Stumbo, 27 ans, ont été arrêté à l’hôtel alors qu’ils étaient à l’hôtel. La police a trouvé des armes à feu, ainsi que des minutions et un couteau dans leur voiture.

Ce sont des messages qu’ils se sont échangés sur les réseaux sociaux qui ont réveillé les policiers. Les deux hommes avaient écrit qu’ils avaient l’intention de faire un massacre pendant le championnat. Un message publié sur Facebook, intitulé “Mayhem Pokemon Crew”, contenait une photo d’une berline blanche et deux armes militaires avec comme légende «Kevin Norton et moi sommes prêts pour les championnats de Boston !!!» Quand leur proche leur a souhaité bonne chance, Norton leur a répondu «Avec la compétition de meurtres ?»

Les enquêteurs ont renforcé les mesures de sécurité au centre convention où a lieu l’évènement. Tous les sacs ont été fouillés et es agentes de sécurité ont été posté à chaque entrée de la salle. «Pourquoi quelqu’un voudrait faire ça ? C’est cruel», avait déclaré un participant. «Les armes devraient être interdites, il n’y a aucune raison pour cela», a accusé une joueuse.

La Pokémon Company International a félicité la réactivité de la police, permettant d’éviter le massacre. Les deux suspects sont mis en examen pour possession illégale d’arme à feu et de munitions. Ils seront présentés devant le juge ce lundi avec de nouvelles charges à leur encoure. Leurs motivations n’ont pas encore été établies jusqu’à maintenant.

crédit photo: Andre Engels

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez