Jeux olympiques spéciaux de Los Angeles : un autre regard sur le handicap mental

Jeux olympiques spéciaux de Los Angeles : un autre regard sur le handicap mental

0
Les Jeux mondiaux de l’association Special Olympics, compétition sportive dédiée aux personnes déficientes intellectuelles, se disputaient jusqu’au dimanche 2 août dernier à Los Angeles aux États-Unis et ont réuni près de 7.000 athlètes, dont 41 Français. Un beau succès pour cette compétition sportive placée sous le signe de la solidarité et du dépassement de soi, et dont la priorité était avant tout de modifier le regard et la perception que l’on porte au quotidien sur le handicap mental. 

Si l’association Special Olympics reste relativement méconnue en France, les Etats-Unis et le public de Los Angles ont célébré comme il se doit pendant plus de dix jours (du samedi 25 juillet au dimanche 2 août), les Jeux Olympiques spéciaux d’été 2015. Près de 7.000 athlètes atteints de déficiences intellectuelles se sont retrouvés en Californie pour s’affronter dans les 25 disciplines sportives programmées. Parmi eux, 41 Français de 12 à 45 ans inscrits dans neuf disciplines ont fait le déplacement aux États-Unis, avec pour objectif, non pas de ramener le plus de médailles possibles, mais bien de partager une expérience unique et de lutter contre les préjugés.

Comme l’expliquait à cette occasion au journal La Croix Nathalie Dallet-Fèvre, directrice générale de l’association Special Olympics France, “la compétition offre une belle occasion pour ces athlètes de se rencontrer et se découvrir. Cette aventure les comble de fierté et contribue à changer leur vie. Durant les épreuves, ils peuvent montrer de quoi ils sont capables et qu’ils ont une place dans la société. Ils représentent les 700.000 personnes en situation de handicap mental en France mais aussi tous leurs proches”.

Parmi les moments forts de cet événement, la cérémonie d’ouverture devant plus de 60.000 spectateurs restera dans les mémoires comme une de ces expériences de sport unifié qui rassemblent des sportifs en situation de handicap mental ou non.

Le Doha Goals Forum organisé pour l’occasion à Los Angeles en vertu d’un nouveau partenariat avec l’association Special Olympics aura permis de son côté de réunir en marge des épreuves sportives, de nombreux dirigeants économiques, politiques, membres des fédérations sportives ou sportifs de haut niveau afin d’aborder les grands enjeux du sport au 21ème siècle, et de donner ainsi plus de poids aux messages d’intégration sociale, de solidarité et de respect véhiculés par les Jeux spéciaux. Ce forum mis en place par la société Richard Attias & Associés à l’initiative du Cheikh qatari Faisal bin Mubarak Al Thani, s’est intéressé cette année au pouvoir économique et social du sport en matière d’intégration et d’inclusion sociale.

Au final et outre la compétition sportive dont les résultats sont ici secondaires, cette manifestation de grande ampleur avait pour objectif d’attirer l’attention du public sur les talents et les capacités des personnes handicapées mentales, en aidant à changer les mentalités et briser les barrières autour de ce handicap. Les Jeux de Los Angeles furent également l’occasion de débattre sur l’impact des activités Special Olympics dans la vie des personnes ayant une déficience intellectuelle.

Pour rappel, cette association caritative américaine a été fondée dans les années 60 par Eunice Kennedy Shriver, la sœur de l’ancien président américain John Fitzgerald Kennedy. Les premiers Jeux mondiaux spéciaux ont été organisés en juillet 1968 à Chicago et ont regroupé 1.000 participants en provenance des États-Unis et du Canada. Depuis, la compétition s’est enrichie en 1977 d’une déclinaison hivernale et est désormais reconnue par le Comité international olympique (CIO).

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez