Accusée pour discrimination, la SNCF affirme avoir “appliqué la loi”

Accusée pour discrimination, la SNCF affirme avoir “appliqué la loi”

0

La SNCF pendre le temps faire une analyse de la situation avant de faire appel à sa condamnation lundi pour “discrimination envers marocains” avait déclaré un porte-parole de la compagnie qui avait ajoutée qu’elle “n’a fait qu’appliquer la loi”. “On se laisse le temps de l’analyse avant de faire éventuellement appel”, a indiqué Christophe Piednoël, responsable de la communication du groupe.

“Nos avocats sont partis avec des cartons de dossiers, on va les regarder au cas par cas”. La décision du Conseil des Prud’hommes pourrait atteindre 150 millions d’euros pour la SNCF, selon les dommages et intérêts prononcés. La compagnie dispose d’un mois pour contre attaquer en appel suite à la notification des décisions, vers la fin octobre. Dans cette affaire, “on considère qu’on n’a fait qu’appliquer la loi”, a indiqué le porte-parole du groupe. La SNCF affirme avoir “respecté les dispositions légales en vigueur” qui “excluent, aujourd’hui encore, l’embauche au statut SNCF de ressortissants de pays non membres de l’Union européenne”. Elle “prend acte des décisions du Conseil des Prud’hommes de Paris” et indique qu’elle “va analyser dans les prochaines semaines les conséquences juridiques et réglementaires de ces décisions”.

La compagnie précise également que “la valeur de l’engagement de ces salariés au service du développement ferroviaire de notre pays”. Près de 800 cheminots d’origine marocaine avaient déposé des recours indiquant qu’ils sont victimes de discrimination dans leurs carrières et leur retrait et la majeure partie d’entre eux a obtenu satisfaction. Ils ont été recrutés comme contractuels avec un CDI de droit privé, mais ils n’ont pas obtenu le statut particulier des cheminots et des avantages destinés aux ressortissants européens et aux jeunes embauchés.

crédit photo: Mauritsvink

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez