La dépression guette près d’un tiers des jeunes médecins

La dépression guette près d’un tiers des jeunes médecins

0

Le Journal of the American Medical Association (JAMA) vient de publier une étude qui révèle que près d’un tiers des jeunes médecins en internat souffrent de dépression ou ont des symptômes dépressifs. C’est plus du triple que dans le reste de la population. Cette étude se base sur l’analyse de 54 études ayant porté sur 17 560 internes sur plusieurs décennies.

Cette situation est liée dans une grande majorité à la mauvaise qualité des soins pour les patients qu’ils traitent, et aussi à un accroissement du nombre d’erreurs médicales. Ces chercheurs ont également constaté une augmentation légère mais significative du taux de dépression parmi les jeunes médecins au cours des cinq décennies couvertes par leur recherche.

Très exactement, de janvier 1963 à septembre 2015, 17 560 internes ont été étudiés, via des enquêtes et des entretiens effectués par des psychiatres et des psychologues, 4 969 d’entre eux présenteraient des signes de dépression. “Dans la mesure où l’apparition de symptômes dépressifs quand on est jeune est lié à des risques accrus de dépression plus tard dans la vie (…) les résultats de cette étude pourraient signaler des problèmes de santé pour ces internes sur le long terme (…) et une moindre qualité des soins prodigués à leurs patients”, écrivent les auteurs.

Cette étude devrait amener une vraie réflexion de fond, pour mettre en place une prévention de la dépression parmi les médecins en formation et au de là, une réflexion sur d’éventuels changements dans la formation médicale.

Crédit photo : Pierre Jarlan

 

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez