Hongrie : entre refus de l’immigration et pénurie de main-d’œuvre

Hongrie : entre refus de l’immigration et pénurie de main-d’œuvre

0

La Hongrie, fait face à un terrible dilemme, d’un côté son gouvernement est très hostile à l’immigration, et s’annonce clairement contre la venue de migrants, et de l’autre, le pays fait face à une pénurie de main-d’œuvre qui le pousse à faire appel à des étrangers. Quand la réalité heurte les convictions…

La Hongrie actuelle, c’est 10 millions d’habitants. C’est un des taux de natalité les plus faibles d’Europe, malgré une très ambitieuse politique familiale mise en place par le gouvernement conservateur (4 % du PIB) pour le relancer. De plus, en huit ans, 400 000 Hongrois ont quitté le pays. Résultat des courses, on recherche des ouvriers qualifiés ou non dans de nombreuses régions, y compris des travailleurs à la chaîne que l’on peut former sur le tas.

Cependant, Viktor Orban, le président actuel a fait construire des barrières anti-migrants l‘été dernier. Un référendum est organisé par le gouvernement le 2 octobre en Hongrie, au sujet des quotas de réfugiés exigés par l’Union européenne. Le gouvernement appelle clairement à dire “non”, d’ailleurs, la Hongrie fait partie des quelques États membres qui n’ont pas encore appliqué cette directive de Bruxelles.

Reste, que les faits sont têtus, et la situation pourrait bien pousser le ministre de l’Economie Mihaly Varga, à proposer l’inimaginable pour les ultra-conservateurs, c’est-à-dire autoriser les non-européens à travailler en Hongrie. Il rejoindra en cela la Pologne qui fait venir de nombreux Ukrainiens.

En fait, allez savoir pourquoi, le souci avec les autres européens, c’est qu’ils ne sont pas attirés par les bas salaires du pays, et une ambiance générale pas très favorable aux étrangers.

Ils sont difficiles les gens, car c’est très joli la Hongrie.

 Crédit photo : emzepe

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez