Venezuela : même mourir devient trop cher

Venezuela : même mourir devient trop cher

0

La situation économique du Venezuela est à tel point catastrophique que même mourir devient économiquement hors de prix. Certaines familles n’ont pas les moyens de payer un service minimum et voient  les dépouilles de leurs proches emmenées dans des sacs jusqu’au crématorium.

L’enterrement d’un proche est devenue une sorte de foire aux systèmes D pour faire baisser les coûts. On trouve de tout, des cercueils en laiton, utilisés dans le pays en raison du coût élevé du bois. Apparaît aussi le MDF , matériel comprimé fait de sciure et de résine. Le cercueil en carton-pâte est apparu, et peut-être en viendra-t-on au “biocoffre”, un cercueil  composé à 70 % de matériel recyclé qui peut-être utilisé pour la crémation, mais peut aussi servir à l’inhumation, et enfin pour finir, il reste la location de cercueils.

Les Vénézuéliens limitent les dépenses sur tout, en réduisant par exemple sur la période de veillée mortuaire, qui de 24 heures, passe à deux heures dans des cas extrêmes. Il faut aussi en passer parfois par l’aide et la générosité des voisins et des amis.

Tout ceci est la conséquence de la grave crise que traverse le pays depuis la chute du prix du Pétrole. Le Vénézuéla souffre désormais d’énormes pénuries d’aliments, de médicaments, de matières premières et subit la pire inflation au monde (180 % en 2015).

Ronald Martinez, un menuisier de 40 ans, qui a monté son entreprise de pompes funèbres, se rappelle qu’il y a cinq ans, un cercueil valait 720 bolivars. Aujourd’hui, avec l’incroyable inflation, c’est le prix d’une baguette. “Un service funéraire coûtait 4 500 bolivars, et maintenant le moins cher est à 280 000 et cela peut atteindre 400 000 à 600 000″. Rappelons que le salaire  mensuel minimum est de 33 000 bolivars.

Pour beaucoup de Vénézuéliens, la phrase d’Oscar Wilde, en lisant la note de son médecin s’applique tragiquement bien, “je meurs vraiment au-dessus de mes moyens“.

Crédit photo : michelbarriere

 

 

 

 

 

 

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez