Hillary Clinton présidente, Bill Clinton va être appelé le…

Hillary Clinton présidente, Bill Clinton va être appelé le…

0
Si Hillary Clinton gagne les présidentielles, ce sera la première fois qu’une femme deviendra présidente de ce grand pays. Ce sera donc aussi, la première fois qu’un mari, en l’occurrence Bill Clinton, qui va devenir… Eh bien ! Justement, la question protocolaire est celle-ci, comment doit-on l’appeler ?
Il faut bien avouer, que la situation est assez particulière, car Bill Clinton va cumuler deux particularités. Il va entrer à la Maison-Blanche comme l’époux d’une présidente, et comme un ancien président marié à un nouveau président.
Les experts du protocole, penchent plutôt vers “Premier gentleman”, car c’est ainsi que l’on appelle, de manière informelle, les maris des six femmes gouverneures aux États-Unis. Cependant, certaines mauvaises langues, font remarquer que l’appellation Premier gentleman, ne colle pas vraiment avec son image, et son attitude passée avec les femmes.
Il reste un deuxième problème, car comme l’explique à l’AFP Allida Black, de l’association historique de la Maison-Blanche, Bill Clinton, a été président de 1993 à 2001. “Et quand vous avez été président, vous en gardez le titre à vie”. Donc selon le protocole, la présentation devra se faire ainsi “le président Clinton et l’ancien président Clinton”. On a retrouvé le même cas de figure qu’avec la famille Bush. La présentation stipulait le président Bush et l’ancien président Bush, quand ils étaient ensemble.
Mme Black est formelle, “si elle était mariée à quelqu’un qui n’avait pas été président, il aurait été Premier gentleman. Mais Bill Clinton est un ancien président, il ne peut pas être appelé Premier gentleman”, car c’est un “titre inférieur”. Cela interdit aussi le retour à son ancien titre de gouverneur.
Il est évident, que la solution n’est pas facile, elle devrait être trouvée par les deux époux-présidents eux-mêmes, en privé.
Autre conséquence, Bill Clinton, ne pourra ni travailler ni être payé par l’administration s’il retourne à la Maison-Blanche, car c’est tout simplement illégal. Il faut rappeler que de manière classique, les premières dames, s’investissent dans des causes consensuelles, qui ne portent pas à la polémique. Ce fut la lecture et l’éducation pour Laura Bush, le jardinage, l’obésité et les anciens combattants pour Michelle Obama.
Ce ne sera pas évident pour Bill Clinton de jouer les utilités, et faire uniquement de la représentativité. La solution serait peut-être dans une mission non-officielle et non rémunérée, comme Bill Clinton l’avait fait pour Hillary lors de son premier mandat. D’ailleurs, une déclaration, en mai, d’Hillary Clinton expliquait qu’il serait « en charge de revitaliser l’économie, parce qu’il sait comment le faire ». Il s’agissait aussi au passage de rappeler les années où il était président, marquées par un budget à l’équilibre, et la création de millions d’emplois.
Pour éviter des critiques, en une période électorale où tous les coups sont permis, il n’a plus accepté un seul discours payé depuis des mois. Il a annoncé en août qu’il quitterait le conseil d’administration de la Fondation Clinton, qu’il avait créée après son départ de la Maison-Blanche.

Crédit photo : World Economic Forum

 

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez