Bientôt, le retour du “supersonique” plus rapide que le Concorde

Bientôt, le retour du “supersonique” plus rapide que le Concorde

0

Nous allons peut-être assister au retour d’un avion supersonique capable de relier Paris à New-York. Le PDG de Boom Technology prévoit pour 2023 un trajet de trois heures, accessible financièrement à un plus grand nombre de personnes que pour le Concorde.

Cette semaine, Blake Scholl, le PDG de la start-up américaine Boom Technology, fondée il y a seulement deux ans a dévoilé le prototype du XB-1, appelé “Baby Boom”. Si actuellement, ce n’est encore qu’une maquette à l’échelle 1/3, qui a été présentée, la start-up veut créer et commercialiser un petit appareil civil, capable de dépasser le mur du son. L’avion définitif mesurera 51 mètres de long sur 18 mètres d’envergure. Il embarquera 45 passagers dans une seule classe premium. Les premiers essais sont prévus dès 2017, le premier vol en 2020 et la commercialisation en 2023.
“Nous allons avoir des voitures autonomes, mais nous volons toujours à la même vitesse que dans les années 1960” a déclaré Blake Scholl, au Denver Post. Donc, le premier axe du nouveau projet, sera la vitesse. Le “Baby Boom” sera doté de trois réacteurs General Electric, ce qui va lui permettre d’atteindre Mach 2,2 (2,2 fois la vitesse du son), soit plus de 2600 km/h. C’est 10 % plus rapide que le Concorde, qui volait déjà à Mach 2,02. Surtout, c’est 2,6 fois plus vite que la vitesse maximale d’un avion de ligne actuel. Il faudra trois heures pour faire Paris/New-York au lieu des 7 h50 en avion de ligne classique.
Le deuxième grand axe de ce projet, est de rendre le XB-1 plus accessible financièrement que le Concorde. En 2000, un billet dans l’avion supersonique européen ne coûtait pas moins de 30 000 francs, soit 5 700 euros d’aujourd’hui. De fait, le Concorde est rapidement devenu non-rentable. Le billet du “Baby Boom” sera beaucoup moins cher, “seulement” 2 300 euros pour un trajet de Londres à New-York. C’est-à-dire l’équivalent d’un billet de dernière minute en classe économique ou d’un billet en classe business.
Le prix du billet est plus abordable, car la rentabilité de l’avion a été rendue meilleure grâce notamment à l’utilisation, pour la conception de l’appareil de nouveaux matériaux, qui n’existaient pas dans les années 1960, quand a été construit le Concorde. Ainsi, le fuselage sera fabriqué en composites de fibre de carbone.
Le dernier mot pour Blake Scholl, « à long terme, l’objectif est de relier n’importe quelle ville dans le monde en moins de cinq heures et pour seulement 100 dollars ». Bientôt donc, ce sera “le transport en commun de la mondialisation”.

Crédit photo : Paul Thompson

 

 

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez