La solitude concerne cinq millions de personnes en France

La solitude concerne cinq millions de personnes en France

0
Pour être clair, ce n’est pas un sujet que l’on évoque souvent et pourtant, depuis longtemps, elle est bien là, de plus en plus présente dans notre monde pourtant censé être de communication. Il s’agit de la solitude, la vraie, car un Français sur dix est seul. En 2016, cinq millions de personnes de plus de 15 ans ne rencontrent et passent du temps que très rarement avec famille, amis, voisins ou connaissances, selon une enquête du Crédoc pour la Fondation de France.
Même si cela ne représente qu’une estimation, qui ne prend pas en compte les relations au sein des ménages, elle dénote une hausse de 1 million de personnes par rapport à 2010. On parle ici de personnes, qui n’ont que des contacts très épisodiques avec les cinq réseaux de sociabilité (familial, professionnel, amical, affinitaire ou de voisinage). Il apparaît de plus que suivant cette étude, 22 % des Français ont des liens réguliers dans un seul réseau social.
Le pire, c’est que ces personnes ne se sentent pas vraiment dans une situation d’exclusion potentielle. Les personnes n’ont pas vraiment conscience de la situation de plus en plus isolée qu’ils aggravent souvent eux-mêmes en se repliant chez eux. Hélas, internet ne facilite pas les choses, car il joue parfois le rôle d’excuse, de dérivatif et de mauvais supplétif, un peu comme un médicament qui devient une drogue. Ce sont d’abord les relations associatives et professionnelles qui se rabougrissent, puis les amis et la famille, et il ne reste qu’occasionnellement le voisinage. L’isolement est un cercle vicieux, puisque les personnes isolées tendent à se replier sur elles-mêmes. 65 % pensent qu’on n’est jamais assez méfiant vis-à-vis des autres, et 27 % ne se sentent pas en sécurité dans leur vie quotidienne.
Quand la situation devient critique, il est très difficile de remonter la pente, car se faire des relations est plus difficile que les perdre. Certaines situations comme la pauvreté (34 % des personnes isolées ont des revenus inférieurs à 1 200 euros par mois contre 25 % des personnes non isolées), le chômage et l’âge sont des facteurs aggravants.
On compte 7 % de personnes isolées chez les 15-25 ans, 11 % chez les 25-39 ans et 12 % au-delà et jusqu’à 69 ans. Cette enquête, réalisée en ligne, ne permet pas d’estimer un taux d’isolement au-delà de 70 ans.

Crédit photo : Sathyajith P P

 

 

 

 

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez