Rien ne va plus entre Rémi Gaillard et la SPA de Montpellier

Rien ne va plus entre Rémi Gaillard et la SPA de Montpellier

0

C’est bien connu « l’enfer est pavé de bonnes intentions ». Après avoir aidé un refuge de la SPA à collecter des fonds en s’enfermant dans une cage quatre jours comme les animaux en attente d’adoption, Rémi Gaillard, le médiatique humoriste du Web est maintenant en désaccord avec l’utilisation de la somme par la structure.

Ce n’est pas toujours simple d’aider et surtout cela ne se passe pas toujours comme on l’avait imaginé. On se souvient que Rémi Gaillard à la mi-novembre, avait réussi un coup médiatique dont il a le secret. Il s’enferme dans une cage et déclare qu’il n’en sortira que si les dons arrivent et que les gens viennent pour des adoptions. C’est ainsi que 200 000,00 euros avaient été récoltés et 150 animaux adoptés.
A cette occasion, il avait témoigné à Télé-star, « le plus dur, ce n’était pas le froid, mais l’enfermement et surtout les aboiements continuels des chiens. Impossible de dormir. Sur 87 heures d’enfermement, j’ai dû dormir 2 h ! La deuxième nuit a été la plus dure de toute ma vie. Je devenais fou ! J’avais peur que tous ces aboiements dans mon crâne restent à vie ».
Fort de cette belle somme récoltée, la directrice du refuge, Annie Benezech, définit les améliorations prioritaires et s’oriente dans un premier temps vers l’installation de chauffage dans le box des animaux.
C’est alors que l’humoriste revient sur le devant de la scène, et semble faire une petite crise d’autorité, il veut avoir son mot à dire sur l’utilisation des fonds par le refuge de Villeneuve-lès-Magelone. Pour lui, il est important de créer des “espaces de liberté avec 3-4 maisons où les chiens évolueraient avant d’être adoptés”. Il menace de stopper son mandat de parrain de la SPA, rôle qu’il assure depuis deux ans, si on n’affecte pas les fonds qu’il a contribué à rassembler pour financer son projet.
De son côté, le président de la SPA de Montpellier Vincent Cerclet n’est pas contre cette idée, mais il pense que “Rémi Gaillard a une vision des choses idéaliste. Mais techniquement, la mise en œuvre est compliquée. 200 000 euros, ce n’est pas une grosse somme dès qu’il s’agit de construction“.
Situation hélas classique dès qu’il y a de l’argent en jeu qui va nécessiter un arbitrage. Tout ce petit monde, va donc se retrouver au mois de janvier, et ce sera au conseil d’administration de la SPA de trancher en faveur de l’un ou de l’autre projet.
Espérons que dans tout cela, on ne perdra pas de vue l’essentiel, l’intérêt des animaux du refuge. Il ne s’agit pas de faire n’importe quoi, les animaux du refuge ne sont pas n’importe qui.

Crédit photo : Natalitaortiz

 

 

 

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez