Législative : Aymeric Caron du « Parti animaliste » propose un rapprochement avec les « Insoumis »

Législative : Aymeric Caron du « Parti animaliste » propose un rapprochement avec les « Insoumis »

0
Quand deux personnes médiatiques se rencontrent sur un sujet, il est clair que le sujet ou la cause en question arrive sur la sellette, c’est d’ailleurs un des objectifs visés, au-delà des décisions prises. C’est pour cela, qu’Aymeric Caron, journaliste et écrivain, militant contre les discriminations animales, a demandé à Jean-Luc Mélenchon, candidat de La France Insoumise de faire entrer le Parti animaliste à l’Assemblée.
Bien sûr, cette fois, la demande ne s’est pas faite en catimini, comme certains accords électoraux se font. Au contraire, il s’agit de le claironner, et de le faire savoir. Pour le tout jeune, Parti animaliste, le choix de Jean-Luc Mélenchon ne s’est pas fait au hasard. Comme le rappelle Aymeric Caron, il est le candidat, qui a le plus retenu l’attention des militants de la protection animale. Un classement de l’association L24 effectué en fonction des propositions des candidats à l’Élysée sur la protection animale, a d’ailleurs fait de Jean-Luc Mélenchon, le premier de la classe avec une moyenne de 15,4/20.
Durant toute la campagne présidentielle, le candidat des « Insoumis » a souvent évoqué des sujets comme la cruauté de l’élevage intensif, et il a pris position pour rappeler la nécessité de respecter la sensibilité des animaux. Cependant, au-delà des discours, le Parti animaliste veut maintenant du concret et pour cela, il espère au moins deux postes sans l’exigence de la moindre contrepartie. Il est important, pour les élus animalistes, de garder leur indépendance dans les votes à l’Assemblée, pour ne pas avoir à se prononcer les sujets qui n’ont pas des conséquences directes sur les animaux.
C’est un des grands principes de ce jeune Parti, fondé en novembre 2016. Il est uniquement consacré à la défense des animaux. Cette idée est apparue en 2014, durant un colloque sur la question animale. Néanmoins, il est surtout l’émanation française du Parti néerlandais, créé dès 2003 aux Pays-Bas Partij voor de Diieren (PvdD) ou Parti pour les animaux.

Crédit photo : Olivier Perrin

 

 

 

 

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez