Des annonces de Pôle-emploi ne sont pas conformes au Code du travail

Des annonces de Pôle-emploi ne sont pas conformes au Code du travail

0

Un adage dit qu’avant de balayer chez les autres, il faut balayer devant sa porte. C’est un peu ce que l’on ressent, lorsque l’on découvre, que selon une étude publiée mercredi 19 juillet par l’opérateur public, que sur un échantillon de 4 770 annonces publiées sur le site de pole-emploi.fr, il y en aurait tout de même, près de 9,3 % “non-conformes au cadre légal” fixé par le Code du travail.

 Pour la majorité d’entre elles, soit 75 % de ces annonces relèvent de rédactions incohérentes. Un minimum de relecture ou tout simplement un peu d’attention soutenue suffirait à éviter par exemple, une annonce stipulant à la fois “cinq ans d’expérience professionnelle” mais mentionnant que “les débutants sont acceptés”.

 On trouve aussi, des offres carrément contraires à la législation, ce qui est, il est vrai, souvent en pleine évolution. On ne peut pas par exemple, faire valoir un “CDD avec possibilité de prolongation en CDI”. Il n’est pas rare d’avoir des annonces avec la mention un “casier judiciaire vierge”, cela n’est pourtant pas autorisé, car cela porte atteinte aux libertés des demandeurs d’emploi.

 Évidemment, tout cela ne part pas forcément de mauvaises intentions, mais plus à une méconnaissance de la législation, et de ses évolutions. Cependant, il est bon de rappeler justement que l’affichage des offres d’emploi n’est pas de la responsabilité de Pôle emploi, qui reste un relai de diffusion. Le contenu d’une offre reste entièrement sous la responsabilité de l’employeur qui la publie.

 C’est une méprise qu’il faut dissiper, car nombreux sont ceux qui imaginent que Pôle emploi joue pleinement un rôle de filtres et de vérifications à tous les niveaux. Il ne peut hélas contrôler toutes les annonces passées. Cependant, cela ne veut pas dire que Pôle emploi ne fait rien, et c’est d’ailleurs pour cette raison que cette enquête a eu lieu.

 Pôle-emploi, a tout de même mis en place des algorithmes, notamment par mot-clef, pour détecter en amont la non-conformité, et ce qui pourrait s’apparenter à des fraudes caractérisées. En cas d’alerte, les offres sont contrôlées par un conseiller, ou automatiquement suspendues si l’offre vient d’un partenaire. Les offres sont supprimées en cas de suspicion de fraude. “Sur les 30 derniers jours, nous avons évité 2 000 tentatives de fraude”, dévoile Catherine Poux, la directrice des services aux entreprises chez Pôle emploi.

Crédit photo :

 

 

 

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez