La nouvelle patronne de l’Unesco est une Française

La nouvelle patronne de l’Unesco est une Française

0

La prochaine directrice générale de l’Unesco sera une Française. Il s’agit de l’ancienne ministre de la Culture de François Hollande, Audrey Azoulay. Une nouvelle étape dans un parcours particulièrement dense pour cette femme de gauche aux racines franco-marocaines.

Elle a été préférée au Qatari Hamad ben Abdelaziz al Kaouari, en obtenant 30 voix sur les 58 que compte le conseil exécutif de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco). Sa nomination sera officialisée et effective le 10 novembre prochain.

C’est la continuité d’un incroyable parcours pour cette femme, née le 4 août 1972 à Paris. Il faut dire, qu’elle a de qui tenir, car son père n’est autre qu’André Azoulay, banquier et homme politique, conseiller de l’actuel roi du Maroc, comme il l’avait été de son père Hassan II. Sa mère est la femme de lettres Katia Brami. Toute son enfance va donc baigner dans la culture et les livres.

Comme on peut s’ y attendre, elle suit une scolarité brillante à travers l’École nationale d’administration, elle obtient une maîtrise de gestion à l’université Paris Dauphine et à l’université britannique de Lancaster, elle passe aussi par Sciences-Po à Paris. Durant ses années, elle côtoie le secteur bancaire qu’elle avoue avoir tout simplement “détesté”. Elle a ensuite été magistrate à la Cour des comptes après avoir occupé plusieurs fonctions à la Direction des médias du ministère de la Culture. Ensuite, elle est entrée au Centre national du cinéma (CNC) comme directrice financière en 2006, avant de devenir, de 2011 à 2014, la numéro deux de cet organisme en charge du système d’aide à la création cinématographique. C’est d’ailleurs le cinéma, qui reste sa rencontre professionnelle majeure, elle aime à dire que “ce qui m’a construite le plus professionnellement, c’est le cinéma”.

Emmanuel Macron, n’a pas manqué de saluer la nomination d’Audray Azoulay qui a réussi à mettre en avant notre pays en déclarant, que “la France était très légitime sur la culture, l’éducation, les sciences ” et en citant le président Blum (1872-1950), selon lequel l’Unesco devait être « la conscience des Nations unies ».

Crédit photo : Laaaaaaaaapanne

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez