Transparency International, publie son classement des pays les plus corrompus

Transparency International, publie son classement des pays les plus corrompus

0

Comme chaque année depuis 25 ans maintenant, l’ONG Transparency International publie son rapport annuel concernant la corruption dans le monde. La rédaction de ce rapport demande toujours autant de travail, et inutile de rêver, il sera encore d’actualité et utile dans les prochaines années. Il s’agit évidemment, de pointer du doigt les cas les plus extrêmes, mais aussi de mettre en évidence les pays qui progressent en la matière comme par exemple la Côte d’Ivoire, le Sénégal et le Royaume-Uni.

Inutile de tourner autour du pot, aucun pays n’atteint la perfection. Ce qui fait dire à Coralie Pring, experte au sein du département recherche de l’ONG, « aucun pays n’a atteint la note maximale, ce qui signifie que la corruption est partout ». Techniquement, le rapport évolue sur la base d’un indice de perception de la corruption dans l’administration publique d’un pays calculé par l’ONG. Il repose sur une échelle qui s’étend de 0, ce qui veut dire très corrompu, à 100 très vertueux. Dans l’édition 2017, on découvre que 124 pays ont un score inférieur à 50, soit un peu plus de deux tiers des 180 pays, et que la moyenne mondiale s’élève à 43 seulement et à 66 pour l’Union européenne et l’Europe de l’Ouest.

Dans la série, les bons élèves de 2017, nous trouvons la Nouvelle-Zélande et le Danemark, qui obtiennent les meilleurs résultats avec respectivement une note de 89 et de 88. Les pays scandinaves, font bonne figure dans ce classement puisque la Finlande, la Norvège obtiennent une note de 85, comme la Suisse. Le rapport indique que ces pays “ne sont pas exempts de corruption, mais ils reposent sur des systèmes dans lesquels les gouvernements sont transparents, la presse est libre, les libertés civiles sont garanties et les systèmes judiciaires sont indépendants”.

Le bas du classement est évidemment occupé par des pays en proie à des troubles, des conflits et des situations dramatiques incessantes. Pour la onzième année consécutive, c’est la Somalie qui arrive en dernier avec une note de 9 sur 100, précédée par le Soudan du Sud (12), la Syrie (14) et l’Afghanistan (15). L’ONG précise, que les pays en queue de classement “sont marqués par une impunité généralisée dans les affaires de corruption, une mauvaise gouvernance et des institutions faibles”.

La France dans tout cela, est restée fidèle à elle-même avec une honorable 23e place sur 180 de ce classement comme l’année précédente avec un score de 70 sur 100. A son propos, l’ONG appelle le gouvernement à poursuivre les efforts engagés et à mettre en œuvre les mesures attendues, sans attendre un nouveau scandale“. En effet, Transparency International constate qu’il faut souvent attendre l’occasion d’un scandale pour que des mesures soient prises, sans qu’elles constituent d’ailleurs forcément “une réponse satisfaisante aux perceptions négatives et à la crise de confiance que traverse notre démocratie”.

Agir plutôt que réagir, pour plus d’actions et moins d’agitation.

Crédit photo : Evert Haasdjik

 

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez