Rupture de stock de whisky…japonais

Rupture de stock de whisky…japonais

0

Peut-être, ne connaissez-vous pas le Hibiki 17 ans d’âge et le Hakushu 12 ans, ce sont deux whiskies japonais particulièrement réputés. Leur réputation est d’ailleurs telle, qu’actuellement le géant Japonais des boissons Suntory, qui distribue ses deux whiskies, a dû suspendre la livraison faute d’une capacité de production suffisante pour satisfaire la demande. La situation s’est accélérée notamment depuis qu’en 2016, pour la première fois un prestigieux guide britannique, avait désigné un whisky de Suntory comme le meilleur au monde.

A la base, il y a la société Kotobukiya, fondée en 1899, c’est donc la plus ancienne société de fabrication et de distribution de boissons alcoolisées au Japon. Elle est allée parfaire son savoir-faire en Ecosse dans les années 1920, et la première distillerie Yamasaki, commence sa production de malt Whisky sous l’appellation “Suntory white label“. Après de nombreuses tribulations, notamment durant la période de guerre, Kotobukiya change de nom en 1963 et devient Suntory, du nom du fameux produit qu’elle fabrique.

On peut faire confiance aux Japonais, pour reproduire fidèlement des produits, mais dans ce cas, on peut dire que les Japonais ont largement égalé les maîtres du whisky écossais ou autre. Du coup, ils sont même devenu tendance comme on dit maintenant, et la réelle qualité, nettement supérieure de leur production, profite et influe sur une redécouverte de cette boisson au Japon comme à l’étranger parmi les nouvelles générations de consommateurs.

Les ventes de whisky japonais, ont explosé en 2008 dans l’archipel, elles surfent sur la popularité du “highball”, cocktail à base de whisky et de soda apprécié des plus jeunes. “La popularité actuelle du highball, qui dure maintenant depuis plusieurs années, a dépassé toutes nos prévisions“, a ainsi souligné la porte-parole du groupe.

De l’autre côté de la chaîne, produire du whisky prend du temps, et on ne peut pas varier la production aussi facilement qu’un produit manufacturé. Les derniers flacons de Hibiki 17 ans d’âge, seront livrés en juin et septembre. Ensuite, il faudra attendre pour siroter le Hibiki 17 ans d’âge, comme dans le film “Lost in Translation” (2003) de Sofia Coppola, tourné à Tokyo.

De plus, une bonne communication sur une rupture de stock, n’a jamais fait mal à la renommée d’un produit. La demande ne sera que plus forte.

Crédit photo : kimura kazuki

 

 

 

 

.

 

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez