Santé : le rapport décapant du HCAAM

Santé : le rapport décapant du HCAAM

0

Le Premier ministre, a demandé un rapport au Haut conseil pour l’avenir de l’assurance-maladie (HCAAM), et tout ce que l’on peut dire, c’est que la conclusion de ce rapport est assez catégorique. Il conclut à la nécessité de tout repenser, et mettre en œuvre un “scénario de rupture” dans l’organisation territoriale des hôpitaux. Le HCAAM, qui regroupe des syndicats, des directeurs d’hôpitaux, et les représentants des caisses de Sécurité sociale, prône notamment la mise en place d’hôpitaux “communautaires pour les soins du quotidien, et les personnes âgées.

La cible désignée de tous les maux actuels dans le fonctionnement est appelé selon le rapport, “l’hospitalocentrisme” qui sévit depuis les années 60-70. Il faut mettre fin aux petites unités de services de chirurgie et de petites maternités, et effectuer à la fois un regroupement des soins qui nécessite un minimum de matériel, comme des blocs opératoires ou les salles d’accouchement. Le HCAAM, juge en effet “raisonnable” de regrouper ces activités “à un niveau en principe départemental”.

Dans le même temps, le rapport prévoit un redéploiement, à travers ces nouveaux établissements de santé communautaire. Cela correspond à la création de 550 à 600 hôpitaux d’un nouveau type, avec un statut public ou privé. Leurs missions seraient selon le rapport “recentrées sur des activités de médecine polyvalente, en particulier en gériatrie” pour assurer l’accès à un médecin traitant, et à des soins sans rendez-vous.

En parallèle, le rapport insiste sur la nécessité de s’appuyer de plus en plus sur la médecine ambulatoire (hors des murs de l’hôpital). Le HCAAM plaide aussi pour le “maintien à domicile des personnes âgées”, qui permettrait de “limiter le développement du nombre d’Ehpad” (Etablissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes). Les Ehpad devraient être plus destinés à “la prise en charge des patients atteints de troubles neurocognitifs lourds au bénéfice de services à domicile renforcés, et bien articulés avec les acteurs sanitaires“.

Enfin, les “disciplines de pointe” seraient concentrées dans quelques sites comme les CHU et les centres anticancer, équipés en conséquence. Dans son rapport, le HCAAM prend bien en compte qu’une telle refonte ne s’effectuerait pas en quelques jours, et estime le temps nécessaire à une quinzaine d’années. Une éternité en politique, ou le temps se compte en élections présidentielles et des législatives.

Crédit photo : Chris Nicolson

 

 

 

 

 

 

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez