Christiano Ronaldo, est aussi un champion de la fraude fiscale

Christiano Ronaldo, est aussi un champion de la fraude fiscale

0

Christiano Ronaldo, la star de football du Real Madrid, et de l’équipe du Portugal, vient personnellement de bien commencer la Coupe du monde en marquant 3 buts. Il vient aussi de terminer un autre style de confrontation en acceptant de payer de 18,8 millions d’euros au fisc espagnol, afin de mettre fin à des poursuites dans le cadre de fraudes fiscales.

Ce sont bien sûr les avocats de CR7, qui ont réussi à se mettre d’accord avec les représentants de l’administration fiscale. Cet accord, doit encore être ratifié par le fisc. Voilà, qui a peut-être largement soulagé le joueur portugais, et ainsi permis de se concentrer sans arrière-pensée à la compétition mondiale.

Toute l’affaire a commencé lorsque le parquet a soupçonné le quintuple ballon d’or d’avoir utilisé un montage de sociétés basées à l’étranger, plus précisément aux îles Vierges britanniques et en Irlande, où les taux d’imposition sont très bas pour éviter de payer ses impôts en Espagne sur ses “droits à l’image”. Cela correspond tout de même à 11,5 millions d’euros de revenus, d’origines espagnoles non payés. Si on étend ce principe à la période 2015-2020, cela reviendrait à un total de 14,7 millions d’euros d’ardoise fiscale impayée.

Les avocats de “CR7”, ont pour leur part allégué une simple différence d’interprétation sur la part de revenus taxables en Espagne. En mai, des sources judiciaires avaient indiqué, que Ronaldo avait proposé de verser 14 millions d’euros.

Dans ce pré-accord entre les avocats de CR7 et les représentants de l’administration fiscale, qui doit encore être ratifié par le fisc, on retrouve tout de même, outre les remboursements, deux ans de prison. Cependant, les peines allant jusqu’à deux ans, ne sont généralement pas appliquées en Espagne.

On imagine, que les avocats de CR7, essayent d’accélérer les choses pour faire entériner formellement cet accord par le fisc, pour éviter que d’éventuels changements à la tête de l’administration se passent avec l’arrivée du nouveau gouvernement socialiste.

Il pourrait en cas de révision de sa situation, risquer une amende d’au moins 28 millions d’euros et surtout une peine allant jusqu’à trois ans et demi de prison, selon le syndicat des experts du ministère des Finances, Gestha.

Rappelons-nous que pareille mésaventure a valu à l’Argentin Lionel Messi, en 2016 une amende de deux millions d’euros et une peine de 21 mois d’incarcération. Cette dernière a été commuée en une amende supplémentaire de 400 euros par jour de prison ou de 252 000 euros.

Avec de l’argent, les choses ont tendance à s’arranger, car au-delà d’une certaine somme, tout le monde écoute.

Crédit photo : alfatstone

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez