Dans la série saga sucrée et chocolatée, le retour des “Treets”

Dans la série saga sucrée et chocolatée, le retour des “Treets”

0

Nous allons vous parler d’un temps que les moins de 32 ans ne peuvent pas connaître. A Montmartre et en France, en ce temps-là on pouvait manger des “Treets”. Ces cacahuètes enrobées de chocolat, qui avaient la particularité, surtout publicitaire, de fondre dans la bouche, pas dans la main. Ce slogan, mondialement connu dans toute la France, a fait le succès d’un produit qui nous revient. Attention, gens de Denfert et d’ailleurs, les Treets vont envahir Paris, ils sont de retour pour les hommes qui avaient perdu le goût.

Yé-Yé salut les copains, vous vous rappelez des “Treets”, c’étaient les ancêtres des actuels M&M’s. Ils ont fait le bonheur des grands et des petits entre 1955 et 1986. Le tout était d’arriver à lancer le Treets en l’air et le rattraper avec la bouche pour épater la galerie et être “in” ou dans le vent.

Avant de disparaître, les Treets appartenaient à Mars, la firme “made in USA” heureusement, car si les Ricains n’étaient pas là, on n’aurait pas eu les “Treets”. Ensuite, l’affaire a mal tourné. Le côté, roots des “Treets” a perdu la cote, ils ont été “samplé” par les M&M’s, qui ont tout repris en mettant du “gros goût” derrière et en profitant d’un look flashy et fluo. Les Treets, se sont perdues dans les terribles années 80 en même temps que Gold, Jeanne Mas et Julie Pietry et bien d’autres…

Heureusement, pendant que la tournée “stars 80” fait des merveilles, le confiseur français Lutti, connu pour ses bonbons Arlequin ainsi que son actionnaire allemand Katjes, ont décidé de relancer le bonbon. Ils ont profité du fait que Mars ne renouvelle pas ses droits de propriété.

Les cacahuètes enrobées de chocolat, seront donc désormais produites par la chocolaterie Piasten, près de Stuttgart en Allemagne, et vendues par The Peanut Company, une filiale de Lutti créée l’an dernier. Les bonbons de 2018 sont quasiment identiques à ceux d’il y a 30 ans. “Il n’y a aucun colorant artificiel ni dioxyde de titane. Notre cacao est équitable, certifié par la Fairtrade Foundation“, explique le PDG de Lutti Sébastien Berghe. La couleur de l’emballage par contre a évolué, passant du jaune à l’orange, pour ne pas être en compétition avec Mars.

Il ne manque qu’un petit jingle bien senti et preparé par Gotainer, et on repart les “petits loups”, mais attention aux dentie…enfin aux dents.

Crédit photo : nick miskin

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez