La France va faire une overdose de kinés

La France va faire une overdose de kinés

0

Nous savons, que la France manque cruellement de médecins, par contre une étude de la Dress, le service statistique du ministère de la Santé, indique que d’ici 2040, les effectifs de masseurs-kinésithérapeutes augmenteraient de 57 %, soit bien plus que les besoins de soins. La hausse sensible du nombre de ces praticiens, a déjà commencé depuis des années et ne devrait pas se calmer. Elle serait la conséquence notamment de l’arrivée de diplômés à l’étranger, qui représentent un tiers des nouveaux inscrits en 2016.

On a dénombré, 85 000 kinés dans l’hexagone fin 2016, leur nombre a augmenté de +61 % entre 2000 et 2016, indique précisément l’étude publiée par la Dress. Dans ses prévisions, l’étude prévoit une augmentation cumulée de 57 % entre 2016 et 2040, date à laquelle 133 000 masseurs-kinésithérapeutes seraient en activité. Cette hausse ferait passer la densité de 128 masseurs-kinésithérapeutes pour 100 000 habitants en 2016 à 184 en 2040. Une trop grosse densité, même si le vieillissement de la population et une tendance aux médecines alternatives, provoquent une hausse des besoins en soins de kinésithérapie.

Cette hausse des effectifs s’explique d’une part, par le relèvement du quota des places disponibles en institut de formation de masso-kinésithérapie (IMK) plus importante, alors que la progression du nombre de places disponibles ralentit.

D’autre part, la hausse du nombre de kinés s’explique aussi selon la Dress par “l’importante hausse du nombre de diplômés à l’étranger intervenue ces quinze dernières années“. Ainsi, 33 % des kinés inscrits pour la première fois auprès de l’agence régionale de santé (ARS) en 2016 avaient obtenu leur diplôme à l’étranger, contre seulement 10 % seize ans plus tôt. Au cours des trois dernières années, 51 % des nouveaux inscrits avaient la nationalité française. Les autres sont de nationalité Espagnole pour 19 % des primo-inscrits à diplôme étranger, viennent ensuite les Belges 8 %, les Portugais 6 %, les Polonais 6 % ou les Roumains 5 %.

La plupart du temps, ils commencent leur activité à l’âge moyen de 26 ans en tant que salariés pour 32 %, alors que seuls 13 % des diplômés en France font ce choix, préférant majoritairement l’exercice libéral.

Crédit photo : vaincreseslimites.com

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez