Les Européens à la fois se revendiquent et s’éloignent de la religion chrétienne

Les Européens à la fois se revendiquent et s’éloignent de la religion chrétienne

0

L’Europe de l’Ouest, a été historiquement le cœur du catholicisme et a vu la naissance du protestantisme. Cependant, deux études récentes du Pew Research Center, mettent en évidence une nette évolution de l’approche et de la vision que les chrétiens en Europe occidentale, ont de leur religion. Cette Europe, apparaît maintenant comme l’une des régions les moins religieuses dans le monde. C’est pour cela, que l’approche du Pew Research Center, nous permet de faire le point en offrant un très riche ensemble de données qui permettent de mieux comprendre la dynamique actuelle du christianisme dans le monde et les causes, qui la produise.

Les chiffres nous révèlent que 71 % des personnes interrogées s’identifient comme chrétiens, 24 % ne revendiquent aucune affiliation religieuse et 5 % s’identifient à une autre religion ou ne répondent pas. Ce qui ne change pas beaucoup, c’est la proportion de chrétiens d’un pays à l’autre. On retrouve une plus grosse majorité au Portugal, en Irlande, en Italie et en Autriche, ou elle est supérieure à 80 %. En Belgique, en Norvège, aux Pays-Bas et en Suède, elle est inférieure à 56 %, les autres pays occupant une position intermédiaire.

Au-delà des chiffres, c’est la relation avec la religion qui a depuis longtemps évolué dans nos pays européens. La plupart des adultes interrogés se considèrent comme chrétiens, bien qu’ils n’assistent que rarement à des services religieux. L’enquête montre, que les chrétiens non-pratiquants représentent la majeure partie de la population. Dans tous les pays, à l’exception de l’Italie, ils dépassent le nombre de chrétiens pratiquants, c’est-à-dire ceux qui déclarent assister à des services religieux au moins une fois par mois. Il reste tout de même, que le nombre de chrétiens non-pratiquants dépasse celui des personnes interrogées sans appartenance religieuse revendiquée dans la plupart des pays étudiés.

Néanmoins, la différence entre les pratiquants et les non-pratiquants, se retrouve aussi dans l’attitude à l’égard de certaines prises de position sociétales, comme pour le mariage homosexuel, l’avortement, et de la croyance dans le Dieu de la Bible. Nous assistons à une prise de distance générale à l’égard des Églises chrétiennes et de leurs dogmes. La majorité d’entre eux, ont remplacé la croyance dans le Dieu de la Bible, par une croyance plus personnalisée. Le christianisme, est alors relégué à une sorte de cadre qui englobe et maintient une culture et une tradition qui permet de savoir qui l’on est, et qui à la fois, nous rassemble, et nous différencie d’autres.

La religion chrétienne, n’est plus perçue par beaucoup comme un ensemble de dogmes et de règles édictés par une institution ecclésiale et à respecter. C’est d’ailleurs, aussi ce qui fait peur dans les pratiques plus strictes d’autres religions, qui sont souvent analysées comme de la radicalité. Le mouvement de déchristianisation en cours, prend donc deux directions différentes et parallèles, d’une part la sortie de la religion chez les uns et d’autre part, par la prise de distance à l’égard des institutions ecclésiales chez les autres.

Crédit photo : Yann.O

 

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez