Les SMS, sont le mode de communication privilégié des adolescents américains

Les SMS, sont le mode de communication privilégié des adolescents américains

0

On pourrait dire à la lecture de cette étude, ce qui devait arriver, arriva. On peut aussi aisément penser, qu’elle ne sera que la première, car de nombreuses autres conforteront certainement la tendance. Une étude publiée par l’organisation indépendante Common Sense Media, démontre que les SMS, sont le mode de communication privilégié et surtout préféré pour les adolescents américains. Ils dépassent légèrement les rencontres physiques.

L’étude s’est notamment concentrée sur les 13-17 ans. Il en ressort que 5 % des jeunes interrogés, préférèrent les SMS, contre seulement 32 % pour l’échange en face-à-face. La dernière enquête réalisée par Common Sense en 2012, faisait remonter des chiffres de 49 % pour la rencontre physique, elle devançait alors largement les 33 % du score des messages.

Cela donne une idée de l’évolution importante qui s’effectue, nous ne sommes plus en présence d’une possibilité de communication de plus, mais tout simplement aux prises avec un moyen de communiquer qui tue les autres et une part de la communication elle-même. Ainsi, plus des deux tiers des ados américains optent, quand ils le peuvent, pour la communication à distance, alors qu’ils n’étaient qu’une moitié il y a six ans. Du coup, il n’est pas étonnant que pour 81 % des sondés, les réseaux que l’on appelle encore sociaux, soient “extrêmement importants” ou “très importants” pour 32 %. Une nouvelle comparaison avec 2012, nous indique qu’actuellement 70 % des adolescents sondés disent consulter “plus d’une fois” par jour les réseaux sociaux, alors qu’ils n’étaient que 34 %, il y a 6 ans.

L’étude en profite pour nous révéler les nouvelles stars de nos ados. Sans surprise, la plateforme la plus utilisée par cette tranche d’âge est Snapchat avec 63 %, devant Instagram et ses 61 %, Facebook se contente de 43 %. En terme de préférence, Snapchat possède une nette avance, avec 41 %, contre 22 % pour Instagram, qui arrive deuxième. La proportion de 13-17 ans possédant leur propre smartphone, est passée de 41 % à 89 % entre 2012 et 2018.

Cependant, la lumière est peut-être au bout de la nuit, car il semblerait que 54 % des adolescents qui utilisent les réseaux sociaux, sont conscients que cela est un frein à l’attention qu’ils portent aux personnes qui sont physiquement avec eux. Ils estiment aussi à 42 % que le temps passé sur les réseaux sociaux les empêche de passer plus de temps avec leurs amis en personne. Tout porte à croire donc, que les adolescents américains conservent ou perçoivent la distance à avoir avec le monde des réseaux sociaux et les dangers qu’ils représentent.

Cependant, se rendre compte qu’il faut arrêter ou freiner et y parvenir concrètement, sont deux choses différentes ferait remarquer un addict de base, surtout si l’on agite constamment de nouvelles doses de son produit préféré et si les adultes ne se sentent pas aussi concernés.

Crédit photo : Esther-Vargas

 

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez