Charles Aznavour : le Français, “fils du peuple” Arménien, artiste mondial

Charles Aznavour : le Français, “fils du peuple” Arménien, artiste mondial

0

La mort de Charles Aznavour, fait la “une” dans le monde entier. Les commentaires saluent un artiste complet à la carrière exceptionnelle. Cependant, pour les Arméniens, c’est un de leurs représentants les plus illustres, qui disparaît. L’émotion est donc immense à Erevan, où des centaines d’Arméniens se sont rassemblés pour rendre hommage au “ fils du peuple” décédé à 94 ans.

C’est pour cela, que de très nombreuses bougies ont été déposées autour de son étoile sur la place, qui porte son nom. Autour de l’écran géant montrant des photographies de la vie d’Aznavour, qui a été installé dans le centre d’Erevan, les commentaires vont bon train.

Sur cette place, il y a donc les anonymes, mais aussi les officiels comme le Premier ministre arménien, Nikol Pachinian, qui est lui aussi venu déposer des bougies et des fleurs, aux côtés de l’ambassadeur de France en Arménie, Jonathan Lacôte. Il déclare au passage, “un jour de deuil national sera décrété en Arménie le jour des funérailles d’Aznavour. Nous devions nous rencontrer dans le cadre du sommet de la francophonie en Arménie, mais cette rencontre n’aura malheureusement pas lieu”.

Le chanteur, est né à Paris en 1924. Charles Aznavour, de son vrai nom Charles Varenagh Aznavourian, était l’un des représentants les plus symboliques de la diaspora arménienne, cette terrible période, qui a vu s’établir un véritable génocide.

Charles Aznavour, n’a jamais oublié et il se rendait souvent à Erevan pour honorer la mémoire des victimes du génocide arménien. Il a été ambassadeur permanent de l’Arménie auprès de l’Unesco et ambassadeur de l’Arménie en Suisse. Personne non plus, n’a oublié son action après le terrible séisme de décembre 1988 dans le nord du pays.

Début 1989, il écrit la chanson “Pour toi Arménie”, sur une musique de son ami, le compositeur français d’origine arménienne Georges Garvarentz. Elle est enregistrée avec 90 artistes et se vendra à plus d’un million d’exemplaires, ce qui permettra de financer une fondation pour venir en aide aux sinistrés.

Du coup, des places, des théâtres, des musées arméniens portent le nom de Charles Aznavour, qui a été fait “héros national” en 2004. Une statue, a été érigée à son effigie dans la deuxième ville du pays, Gyumri.

Nikol Pachinian, a regretté une “perte énorme pour le monde entier”, saluant une personne, “qui a pendant quatre-vingts ans, émerveillé et réchauffé le cœur de dizaines, de centaines de millions de personnes”.

En ces temps un peu confus, il est bon de rappeler que ceux, comme Charles Aznavour, qui ont vécu des événements vraiment tragiques, ont le bon goût de prouver que l’on peut, être attaché à ses racines arméniennes et farouchement défendre sa culture française.

Crédit photo : ShakeFrog

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez