La France devient, l’autre pays de la bière

La France devient, l’autre pays de la bière

0
Le secteur de la bière en France revient de loin. Il a subi une chute de la consommation de 30 % entre 1980 et 2010. Cependant, au fur et à mesure, on peut dire que la bière se refait une place dans notre pays à tradition viticole. Il apparaît surtout, que les Français sont devenus plus sensibles et plus curieux à propos de ce produit très longtemps dénigré. Si le secteur zythicole, est encore loin de concurrencer la domination des cépages, le secteur de la bière est en plein essor, entraînant un marché local basé sur l’artisanat.
Fini donc l’image classique, et pas vraiment reluisante de la bière standard et bon marché, que l’on achète dans les supermarchés. Place à l’artisanat, la bière devient elle aussi un sujet de dégustation et de comparaison. Aujourd’hui, on compte 1 100 brasseurs dans toute la France, dont la moitié n’existait pas il y a cinq ans. Cela correspond, à une croissance de 3 % en volume chaque année, qui profite à une production locale, qui recherche l’originalité et la qualité.
Ces petites productions locales, jouent sur le créneau de la différence et souvent du décalage. Une petite production, peut se contenter de cibler des niches de consommation. Le tout est porté par des efforts de merchandising et de publicité originale et dynamique. Plus de producteurs, c’est plus de choix et plus de nouveautés, des sites vous proposent donc de découvrir régulièrement de nouvelles bières produites par des brasseries indépendantes. Adrien Garnot, fondateur d’un de ces sites explique, “l’idée est venue d’une méconnaissance des micro-brasseries françaises il y a deux ans, même si ça a changé depuis”.
Il reste, qu’il ne faut pas oublier d’abord les fondamentaux et en premier lieu, la production de houblon. 450 à 500 hectares pour la production actuellement, ce n’est pas assez pour les micro-brasseries françaises. A titre de comparaison, l’Allemagne peut compter sur 19 000 hectares de production de houblon. Rappelons, qu’une boisson ne peut pas s’appeler “bière, si elle ne contient pas de houblon ou des substances conférant de l’amertume provenant du houblon” selon la réglementation. Heureusement, les choses bougent et Johann Laskowski, architecte paysagiste et agriculteur, qui est devenu houblonnier en vallée de Chevreuse en 2017, explique “on est une quinzaine, voire une vingtaine de néo-houblonniers. En 2016, une personne s’est installée et on était 12 à se lancer l’année dernière“.
La qualité plutôt que la quantité, en montant de gamme, la bière retrouve en France des lettres de noblesse. Repartant de presque rien, elle peut à loisir revenir en force en s’adaptant parfaitement à l’air du temps. Les gens sont en quête d’authenticité, même partielle, qui fait souvent défaut au quotidien. Dans ce contexte, on retrouve la recrudescence de bars à bières en milieu urbain, les visites de musées ou de restaurants dans de nombreuses régions à forte tradition.
 La bière, a elle aussi son histoire, et elle fait partie de l’histoire.
Crédit photo : Melinapics

 

“.

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez