La publication des écarts de salaires dans les grandes entreprises a été approuvée

La publication des écarts de salaires dans les grandes entreprises a été approuvée

0
Il existe des propositions de loi, qui recueillent une majorité autour d’elles, mais dont bizarrement personne ne veut vraiment s’engager pour la faire passer. Ce sont, des propositions qui errent dans les couloirs de l’Assemblée nationale pendant des années. La publication des écarts de salaires dans les grandes entreprises en faisait partie et c’était aussi une promesse de campagne d’Emmanuel Macron. C’est fini, le projet de loi Pacte, examiné en première lecture par les députés, oblige les entreprises cotées à communiquer les écarts entre la rémunération de leurs dirigeants et les salaires moyens de leurs salariés, ainsi que les évolutions de ces ratios au cours des cinq dernières années.
Du côté du gouvernement, on s’emploie bien sûr à démontrer le bien-fondé du texte qui a été voté. Delphine Gény-Stephann, secrétaire d’Etat à l’Economie et aux Finances, explique qu’il représente “un indicateur plus pertinent pour comprendre la situation salariale dans les entreprises”. Le gouvernement, peut évidemment compter sur les voies du LREM, pour défendre ce texte. Ainsi, Gilles Le Gendre, chef de file du groupe LREM à l’Assemblée, a salué sur Twitter “un bond en avant vers la transparence et contre les rémunérations abusives“.
Il faut noter, une nette déception à la lecture du texte pour l’ONG Oxfam. Manon Aubry, la représentante de l’ONG, juge et déplore “un bond sur place“. Elle rajoute, que l’amendement du gouvernement donne “l’illusion de la transparence sur les écarts de salaires, mais sera inexploitable en pratique”. De son côté, l’ONG voulait aller plus loin en étant favorable à une publication par quartile. Ce sont, des valeurs qui partagent la distribution des salaires en quatre parties égales pour affiner les informations.
C’est aussi sur ce sujet, que dans les rangs de l’opposition de gauche, les réactions les plus hostiles se sont fait connaître. L’insoumis Alexis Corbière, a emboîté le pas à Oxfam et a dénoncé un “rétropédalage”. Il indique, que Matthieu Orphelin, appartenant au groupe LREM, avait déposé en commission un amendement en faveur de la médiane, mais aussi des quartiles. Il proposait la publication du premier et troisième quartile, qui représentent la rémunération au-dessus de laquelle, se situent respectivement 75 % et 25 % des salariés.
Cependant, dans un communiqué, M. Orphelin a salué l’ajout de la rémunération médiane. Il juge l’analyse des détracteurs du texte, dont Oxfam, “trop pessimiste”. Il insiste, sur les avancées faites, “je leur rappelle que le thème de la publication des écarts de salaire n’était initialement pas prévu dans Pacte et que leur travail a été utile pour qu’il y soit”.
Le gouvernement met aussi en avant les éventuels remous et autres tensions entre salariés, que ces publications peuvent générer dans une entreprise privée. La co-rapporteure thématique Coralie Dubost, rappelle qu’elles demeurent des “informations essentielles sur les entreprises qui peuvent porter atteinte à leur compétitivité”.
Crédit photo : 1995′

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez