Pétrole : l’Arabie saoudite s’inquiète du prix, les Etats-Unis de la production

Pétrole : l’Arabie saoudite s’inquiète du prix, les Etats-Unis de la production

0
Lorsqu’il y a menace sur le prix du pétrole, vous pouvez faire confiance à L’Arabie saoudite, pour réagir énergiquement. Face à des risques de surproduction en 2019 et donc à des baisses du prix du baril, les grands producteurs ont échoué à trouver une vraie position commune. L’Arabie saoudite, a donc décidé d’agir seul en annonçant la réduction de sa production de 500 000 barils par jour. Du coup, le cours s’est stabilisé alors qu’il avait vu en un mois ses cours s’effondrer de 20 %.
Il faut bien dire, que cette forte baisse faisait suite à un cours particulièrement haut et une progression début octobre au plus haut depuis quatre ans. Cette forte baisse, est le reflet des craintes d’une diminution de la demande et une hausse de la production mondiale. Au départ, il a fallu augmenter la production pour compenser la baisse de l’offre iranienne liée aux sanctions américaines. L’Arabie saoudite, a joué le jeu et elle avait augmenté sa production jusqu’à environ 1 million de bpj en plus.Cependant, la diplomatie américaine a un peu changé d’avis et Washington, a annoncé des exemptions à ces sanctions au profit de plusieurs pays clients de l’Iran. De fait, les investisseurs craignent désormais une offre excédentaire, accentuée par une demande Chinoise, qui ralentit.

Les grands producteurs de pétrole ont affirmé, que l’offre mondiale de brut de l’année prochaine, surpasserait la demande, ils ont donc opté de manière un peu vague pour de “nouvelles stratégies” basées sur des ajustements de la production. Cette déclaration conjointe, a été diffusée à l’issue d’une réunion à Abou Dhabi de pays membres de l’OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole) et non-membres du cartel.

Plus globalement, l’agence Reuters avait auparavant appris dimanche de deux sources, que l’Arabie saoudite discutait d’une proposition susceptible de se traduire par une diminution de 1 million de barils par jour de l’offre de l’OPEP et de ses alliés. Avec cette diminution, les Etats-Unis pourraient se retrouver, le premier exportateur mondial de pétrole cette année.

Pour Stephen Innes, analyste chez Oanda, le convertisseur de taux historique, “l’Arabie saoudite a été proactive en annonçant une baisse de production de 0,5 million de barils par jour en décembre”. Stephen Innes, confirme aussi l’augmentation continue de la production pétrolière des Etats-Unis, qui a inscrit un record à 11,6 millions de bpj et pourrait dépasser les 12 millions l’an prochain.

Crédit photo : Total-Media

 

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez