L’héritage de Johnny Hallyday, “qu’on me donne l’argent, l’argent des royalties…”

L’héritage de Johnny Hallyday, “qu’on me donne l’argent, l’argent des royalties…”

0

Énième rebondissement dans cette formidable saga, que représente l’héritage Hallyday pour les journaux et sites à sensations. Il va falloir compter maintenant avec la démission surprise du gérant du trust regroupant une partie des biens de la star. En effet, Bank of America, établi en Californie au seul bénéfice de Laeticia Hallyday, a “démissionné” de ses fonctions.

Du coup, les projecteurs sont braqués sur cette fameuse banque. Celle-ci regroupe déjà des avoirs du chanteur décédé en décembre 2017, mais Bank of America avait demandé en juillet d’y ajouter ses Harley-Davidson, voitures de luxe, mais aussi les redevances dues par les majors Warner, Universal et Sony sur ses ventes de disques. Parmi elles, son album posthume “Mon pays c’est l’amour” qui s’est écoulé à plus d’un million d’exemplaires.

Bien sûr, Laura Smet et David Hallyday, ont saisi le tribunal pour demander de geler le versement de 75 % des revenus découlant des ventes de disques de leur père et pour démêler tout cela. Logiquement, une audience doit avoir lieu le 22 janvier en Californie, pour décider du transfert de ces avoirs dans le giron du trust.

Cependant, la nouvelle du retrait de Bank of America, a fait réagir Me Ardavan Amir-Aslani, l’avocat de Laeticia, qui déclare “la démission du trustee implique qu’aucune démarche ne sera effectuée“. Il semblerait, que la veuve du chanteur veuille gagner du temps, car Laura Smet et David Hallyday réclamaient un droit de regard sur l’album “Mon pays c’est l’amour”, finalement refusé par la justice. Me Ardavan Amir-Aslani fait remarquer, “n’ayant pu bloquer la sortie de l’album, ils demandent le gel des royalties, le succès de cet album est leur échec“.

Depuis le décès de Johnny Hallyday, les maisons de disques ont bloqué tout versement de royalties dans l’attente du règlement du litige sur l’héritage du chanteur.

Une décision finale empêchant le transfert des actifs vers le trust serait une victoire pour les aînés de la famille. Me Pierre-Jean Douvier, insiste sur une situation avec “des héritiers qui pourraient être redevables de droits de succession et qui n’auraient pas le patrimoine ou les revenus pour payer ces droits“.

Pour l’instant, la décision a été mise en délibéré au 18 décembre.

Crédit photo : rawpixel

 

 

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez