Le “shutdown,”, derrière les postures, il y a des gens et des familles

Le “shutdown,”, derrière les postures, il y a des gens et des familles

0
Comme d’habitude, Donald Trump claironne le plus fort possible, que les employés fédéraux, au chômage forcé à cause du “shutdown”, soutiennent son combat contre les démocrates pour obtenir un mur à la frontière avec le Mexique. Il explique en répétant “beaucoup me l’ont dit, persistez tant que vous n’avez pas obtenu le financement du mur“. Il est donc sûr, que “ces employés fédéraux veulent le mur“. Fort de ce constat très personnel, le président américain a réaffirmé sa position, “le shutdown durera aussi longtemps qu’il le faudra. Nous avons besoin d’un mur. Nous avons besoin que notre pays soit en sécurité”.
Sur les réseaux sociaux, c’est moins évident, c’est plutôt l’inquiétude qui domine de nombreux témoignages d’anonymes. Les remarques sont plus basiques, elles oscillent entre craintes de ne pas pouvoir payer le loyer et fêtes de Noël gâchées. Certains témoignages sont plus catégoriques, on retrouve par exemple “rompu mon bail pour accepter un nouveau boulot fédéral pour lequel je dois suivre 7 mois de formation dans un autre Etat. Formation annulée à cause du shutdown. Plus de logement. Ne peux pas me permettre un logement à court terme. Je dois travailler à plein temps sans être payé. Je rends les cadeaux de Noël“. Syl, employée fédérale du fisc, dit avoir “juste assez” et surtout elle craint “j’ai peur de dépenser vu, que je ne sais pas combien de temps le shutdown va durer, ni quand je serai payée“. Sous couvert d’anonymat, elle confie “être utilisée comme un pion politique pour le mur, cela m’indigne“.
Du côté du Grand syndicat indépendant d’employés fédéraux, le NTEU, on retrouve les mêmes angoisses et il affirme que 80 % de ses membres se disaient “très inquiets”. Il est vrai, que la Chambre des représentants n’a pas pour l’instant prévu de vote.
Crédit photo : Hagmann-Report

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez