En Espagne aussi, les bars ferment petit à petit

En Espagne aussi, les bars ferment petit à petit

0

Quand on parle de bars, en tant que bon français, on se sent largement concerné. Cependant, nous ne sommes pas les seuls. Un autre pays européen est connu pour son nombre impressionnant de débits de boissons, il s’agit de l’Espagne. Le pays a d’ailleurs un autre point commun avec nous, concernant les bars surtout traditionnels, ils ferment petit à petit. Les causes principales sont la gentrification des centres-villes et le déclin démographique du pays.

En France, les statistiques nous indiquent, que de 2003 à 2014, le nombre de bars-cafés n’a fait que diminuer. Il est passé de 41 600 à 34 700. Il semblerait, qu’il en est de même en Espagne selon une étude menée par la Fédération espagnole de l’hôtellerie et mise en lumière par le quotidien El Pais. Les chiffres sont clairs, 18 269 établissements ont ainsi fermé boutique depuis 2010 et tout indique que “cela devrait continuer ainsi encore cette année”.

Les débits de boissons, payent les conséquences de la bulle immobilière du début des années 2000. Celle-ci a largement bouleversé les villes espagnoles. De nombreux citadins, ont notamment déménagé dans des quartiers neufs, plus modernes, et se sont éloignés des centres historiques où se trouvaient la plupart des bars traditionnels.

Au-delà de cette réorganisation dans l’espace, on retrouve aussi des causes plus profondes comme le vieillissement de la population surtout dans les régions plus rurales. Ce vieillissement constitue une menace pour la situation économique des débits de boissons. Emilio Gallego, secrétaire général de la Fédération espagnole de l’hôtellerie, explique “il y a une baisse de la démographie dans les régions rurales. Les bars locaux offraient autrefois de nombreux services, ils faisaient office d’épicerie, de point de vente de billets de loterie, mais il n’y a plus personne dans les villages, donc les bars finissent par fermer”.

Par contre, moins de bars, ne veut pas dire moins de personnes travaillant globalement pour les industries de la restauration et de l’hôtellerie dans leur ensemble. En 2017, il y avait environ 1 637 100 personnes employées dans ce secteur, soit 2,1 % de plus que l’année précédente, selon une enquête sur le marché du travail en Espagne que s’est procuré El País. On retrouve le phénomène de “gentrification” qui rappelons-le, désigne le processus de transformation du profil économique et social d’un quartier urbain ancien, au profit d’une classe sociale supérieure. Il semblerait, que ces personnes se tournent aujourd’hui vers des chaînes plus “tendances” souvent proches de chez eux, qui offrent une plus large variété de boissons et de plats.

Crédit photo :

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez