Un match de water-polo annulé, rappelle que la tension entre Serbes et Croates, est toujours vive

Un match de water-polo annulé, rappelle que la tension entre Serbes et Croates, est toujours vive

0

Il est évident, que presque 10 ans de conflits armés, cela laissent des traces sur le terrain d’une part, mais surtout dans les têtes et les esprits. C’est certainement pour cela, que trois joueurs serbes de water-polo ont été attaqués à Split par plusieurs jeunes assaillants. Ils voulaient les obliger à retirer les insignes de leur club. Cette attaque, a amené une annulation forcée d’un match de water-polo.

Tout cela, nous ramène à nous souvenir de la dislocation de la Yougoslavie de Tito après sa mort en 1980. Les volontés indépendantistes des différentes communautés, ont amené une longue série de conflits, qui se sont étalés tout au long des années 90. Comme souvent hélas, ces luttes presque fratricides entre communautés qui ont pourtant vécu, mélangé, et en paix, tournent à la haine. Chaque communauté se livre aux pires atrocités dans les territoires qu’ils contrôlent. Cela prend le nom, de purifications ethniques. Ils seront classés crimes de guerre, et en partie jugés par un tribunal pénal international plus tard. Il est aussi question de destruction du patrimoine culturel et historique. Le but n’est plus de battre l’autre, mais de le faire purement disparaître.

Toutes ces tensions géopolitiques, ne sont pas oubliées entre la Serbie et la Croatie. C’est cela, que viennent rappeler ces incidents qui ont précédé le match, opposant le club serbe de l’Etoile rouge aux Croates de Mornar. Trois joueurs serbes ont été attaqués à Split, ont rapporté les médias locaux. L’un des joueurs du Red Star, a même dû sauter dans la mer pour échapper à plusieurs jeunes assaillants, qui s’en sont pris aux Serbes après que ces derniers aient refusé de retirer les insignes de leur club. Heureusement, il n’y a pas eu qu’une légère blessure à la tête, tout cela s’est terminé dans un hôpital local, pour quelques soins.

Il est évidemment regrettable, que ces incidents se soient passés autour d’une rencontre sportive qui devait être justement l’occasion d’un rapprochement entre jeunes gens dont certains n’ont pas connu cette période. En tout état de cause, le ministre serbe des Affaires étrangères, Ivica Dacic, a déclaré qu’il allait envoyer une lettre de protestation à la Croatie, et il a insisté pour que les auteurs de l’attaque soient identifiés.

Il serait tout de même temps, que les autorités de chaque pays dénoncent clairement des attitudes et des prises de position belliqueuses, s’ils veulent vraiment avancer dans un processus disons de bonnes relations, à défaut d’entente. Cependant, dans une Europe de plus en plus, en prise avec les nationalismes de tous bords, cela ne sera pas facile. Justement, le rappel des terribles atrocités commises lors de ces conflits dans les Balkans, c’est-à-dire à la porte de l’Europe, devrait faire réfléchir certaines minorités de pays avant de s’engager dans des voies ultra-nationalistes, que les majorités pourraient, comme souvent regretter plus tard.

Crédit photo : eugene-lim

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez