France Télévision : du renouvellement sur fond d’économie

France Télévision : du renouvellement sur fond d’économie

0

Lorsque Delphine Ernotte avait dit qu’il fallait changer cette “télévision d’hommes blancs de plus de 50 ans”, on pouvait penser qu’entre la déclaration et la mise en oeuvre, il y aurait comme souvent un large décalage. Cependant, à la lumière des bouleversements dans les émissions du service public, il va falloir se faire une raison, France Télévisions est en pleine révolution. Au programme, réorganisation des émissions et surtout recherches d’économie.

“Thé ou café”, “C’est au programme”, “Motus”… Plusieurs émissions historiques du service public s’arrêtent. Bien sûr, il faut rajouter les adieux, moins discrets de Patrick Sébastien. Tout cela fait suite aux départs de Julien Lepers, William Leymergie, George Pernoud, Tex, David Pujadas, Frédéric Taddeï. Tous les départs ne sont pas complètement similaires dans leurs raisons. Patrick Sebastien, a largement fait part de sa déception, par contre Thierry Beccaro est parti de lui-même. William Leymergie, a changé de maison pour intégrer C8, et Tex, a fait une très mauvaise blague. Cependant, ils ont en commun de faire partie d’un large remaniement.

Du coup, c’est l’occasion de retrouver des nouveaux comme Bruno Guillon des Z’amours, Anne-Sophie Lapix du JT de 20 heures ou Fanny Agostini pour Thalassa. Ils seront rejoints prochainement par Hugo Clément, ex Le Petit Journal et Quotidien et actuellement journaliste à Konbini, aux commandes d’une soirée spéciale environnement, ainsi que d’autres prime time.

Le changement, ce n’est pas seulement la suppression ou le rajout d’émissions, c’est aussi des orientations nouvelles que l’on donne. Par exemple, dans le cadre des matinées, l’accent sera mis sur l’actualité culturelle, la vie quotidienne et la consommation. Concernant les après-midi, le chantier est plus complexe, car il y a un net déficit d’audience à combler. A noter, qu’avec la présence de Faustine Bollaert, de Daphné Bürki et Sophie Davant, nous ne sommes plus dans la problématique de l’homme blanc de 50 ans.

En fait, nous touchons là, le 2e volet de la réorganisation, faire des économies. Si les audiences ne sont pas vraiment au rendez-vous l’après-midi, autant faire en sorte qu’elles coûtent moins cher. Globalement, le gouvernement a été clair, il faut comme partout réduire les budgets, donc France Télévisions doit économiser 400 millions d’euros d’ici 2022. Cela signifie la fin annoncée de France Ô et France 4, ainsi que la suppression de près de 1 000 postes.

Crédit photo : Omarukai

 

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez