La maire d’Amsterdam veut retirer les travailleurs du sexe des vitrines du quartier rouge

La maire d’Amsterdam veut retirer les travailleurs du sexe des vitrines du quartier rouge

0

“A Amsterdam, il y a Dieu, il y a les femmes ” disait le poète chanteur. On avait un sérieux doute sur Dieu et bientôt pour les femmes, ce sera moins évident. En effet, Femke Halsema, la première femme maire de la ville, ne voit pas d’un très bon œil qu’Amsterdam tire sa réputation du commerce du sexe. Elle voudrait de plus, redorer l’image des quartiers dans lesquels les filles travaillent, dans des conditions de plus en plus difficiles.

Tout d’abord, il y a un constat, les rapports de police concernant des mauvais comportements et des violations des droits humains dans la pratique de leur métier, se multiplient depuis des années. La plupart de ses comportements proviendraient de touristes, dont le nombre augmente chaque année. Foxxy Angel, une prostituée et porte-parole du groupe “PROUD” qui défend les intérêts des travailleurs du sexe explique, « les touristes ne savent pas comment se comporter dans ce quartier ».

Une politique de répression, s’est mise en place pour lutter contre les mauvais traitements. Des amendes ont été données et des interpellations effectuées. Cependant, Foxxy Angel regrette une attitude générale de certains touristes qui ne se gênent pas, par exemple, de filmer ou prendre des photos évidemment sans demander quoi que ce soit. Certains s’arrêtent tout simplement pour se moquer des personnes se trouvant derrière les vitres.

C’est pour cela, que Femke Halsema veut aller plus loin pour en finir avec tous ces problèmes. C’est évidemment un sacré revirement d’attitude depuis la légalisation de la prostitution en 2000 dans le pays. Elle propose de fermer les vitrines des rues et faire des bordels des lieux fermés, à l’abri des regards des passants. Les filles pourraient peut-être être vues sur des smartphones grâce à des applications. La maire veut aussi fermer les bordels du centre-ville pour les relocaliser autour d’Amsterdam.

Ces dispositions ne font pas l’unanimité, même si sur le fond, il n’est à aucun moment question d’interdire la prostitution. Les travailleurs et les entreprises impliquées dans ce commerce, s’y sont déjà opposés à plusieurs reprises. Pour eux, sans les vitrines, tout se fera de manière cachée et les autorités locales et la police auront plus de mal à tout contrôler. D’après Foxxy Angel, ces changements renforceront les crimes et la haine, envers les travailleurs du sexe.

En bonne démocratie qui se respecte, il y aura des présentations publiques, des propositions et des débats, et tout cela se terminera par un vote du Conseil municipal.

Après, il sera peut-être moins évident de se “frotter la panse sur la panse des femmes”.

Crédit photo : jordan merrick

PAS ENCORE DE COMMENTAIRE.

Commentez